QUEBEC  |   FORUM  |   PETITES ANNONCES  |   GALERIE PHOTO  |   LEXIQUE  |
  ACCUEIL
  
Les échos du Quebec (par Richard Cloutier)

Oscar Rivas met la main sur le titre NABF

Le poids lourd Montréalais Oscar Rivas (21-0-0) a été expéditif sur le ring du Casino de Montréal, jeudi, alors qu’il a passé le KO au Costaricain Carl Davis Drummond (31-5-0) à 1:08 du premier round. Oscar Rivas s’est emparé par le fait même de la couronne NABF. La demi-finale sera assurée par Dans un duel disputé chez les mi-lourds, le champion canadien des poids super-moyens, Shakeel Phinn (16-1-0), de Brossard, a poussé son adversaire le Mexicain Mario Aguilar (17-3-0) à l’abandon. Ébranlé lors du quatrième round, il n’est pas revenu pour le round suivant. Phinn a officiellement inscrit la victoire par TKO à 3:00 du quatrième round. Chez les super-moyens, le montréalais Dario Bredicean (15-0-0) a obtenu le gain par décision unanime des juges sur le français Saidou Sall (10-6-2). Le poids léger maskoutain Mick Gadbois (16-1-3) enregistre la victoire par décision unanime des juges sur le Mexicain Abraham Gomez (28-15-1), un ancien champion intérimaire WBC Youth (2012). Le mi-lourd de Longueuil Terry Osias (1-0-0) l’a emporté sur l’Ontarien Marco Parente (0-2-1) par décision unanime des juges, alors qu’il disputait son premier combat chez les professionnels. À noter que Parente a fait match nul le 9 septembre dernier avec Jimmy Ray Thompson, de Pincourt, sur le ring de la Tohu à Montréal. En levée de rideau, à ses débuts professionnels, le super-léger montréalais Mazlum Akdeniz (1-0-0) l’a emporté par décision unanime sur le Mexicain Ricardo Burgos (1-7-1). Akdeniz, un gaucher, a fait chuter son rival au premier round.

29/09/17 - Montréal.         

GOLOVKIN - ALVAREZ : QUI L’EMPORTERA?

Par Martin FOURNIER, collaboration spéciale – Ce samedi au T Mobile Arena de Las Vegas aura lieu le duel tant attendu entre deux des meilleurs pugilistes livre pour livre de la boxe actuellement, soit le kazakh Gennady Golovkin et le mexicain Saul « canelo » Alvarez. À l’enjeu, quatre ceintures. Qui sortira vainqueur de ce combat qui sera disputé chez les poids moyens ?

D’abord, Gennady Golovkin est âgé de 35 ans. Il est invaincu en 37 combats professionnels et est le détenteur des couronnes WBA; WBC; IBF et IBO des poids moyens. Seul le titre WBO, qui appartient au britannique Billy Joe Saunders, manque à son palmares. Son adversaire, la jeune coqueluche mexicaine Saul Alvarez, est âgé de 27 ans. Sa fiche exceptionnelle est de 49 victoires en 51 combats. Sa seule défaite est survenue par décision majoritaire aux dépens de Floyd Mayweather jr en septembre 2013. Il a aussi obtenu un verdict nul en juin 2006 contre Jorge Juarez. Alvarez détient actuellement la ceinture Ring magazine des moyens. Malgré son jeune âge, il a détenu les titres WBC et WBO des super mi-moyens de 2011 à 2013 et de 2016 à 2017. Il fut aussi champion WBC des moyens de 2015 à 2016.

Il s’agit sans l’ombre d’un doute du combat de boxe professionnel le plus attendu depuis le combat entre Floyd Mayweather jr et Manny Pacquiao en mai 2015. Assurément, ce duel sera plus excitant que celui de mai 2015. Je le crois sincèrement. L’ampleur de cet affrontement l’amène d’ailleurs à s’apparenter, du moins en partie, avec les grands duels des poids moyens disputés dans les années 80, et qui ont par exemple opposés les Marvin Hagler et Thomas Hearns, et Hagler et Sugar Ray Leonard, soit des duels qui opposaient entre eux les meilleurs pugilistes. C’est à mon avis le cas pour ce grand duel des poids moyens, division phare de la boxe dans l’histoire.

Analysons ce combat selon les différents critères objectifs que sont l’offensive; la défensive; la vitesse; l’expérience et les facteurs intangibles. À première vue, je m’attends à un combat très serré entre ces deux champions et futurs membres du temple de la renommée de la boxe.

Au niveau de l’offensive, le champion Golovkin a disputé 172 rounds en 37 combats et il détient un des meilleurs pourcentages de KO en boxe professionnel, soit 89%, ayant obtenu 33 victoires avant la limite. Cependant, à son dernier combat disputé en mars dernier au Madison Square Garden de New York, il a obtenu une décision unanime contre l’américain Daniel Jacobs au terme d’un affrontement chaudement disputé. Dans le cas d’Alvarez, en 363 rounds disputés en 51 combats, son pourcentage de KO s’établit à 67%. Au niveau de la qualité des adversaires des deux pugilistes, le dernier adversaire de Golovkin, Daniel Jacobs, un ancien champion du monde des moyens, fut sans aucun doute le meilleur qu’il ait affronté en carrière. On a vu le résultat, soit une victoire par décision unanime avec deux scores serrés de 115-112 et de 114-113. C’était la première fois en carrière que Golovkin se rendait à douze rounds. Avant ce combat, il compilait une séquence de vingt-trois KOs et TKOs consécutifs. À ne pas en douter, Canelo Alvarez sera le plus grand défi de GGG en carrière.

Inversement, Golovkin représente le plus grand défi de Canelo. C’est d’ailleurs ce qui rend ce combat aussi intéressant. Bien que Alvarez se soit mesuré à Floyd Mayweather jr en septembre 2013, un des meilleurs boxeurs de tous les temps, cet affrontement avec le kazakh est le combat que les amateurs attendent depuis au moins deux ans, puisque Golovkin est encore au sommet de son art. Alvarez a pour sa part aussi affronté de grandes pointures, par exemple les Shane Mosley; Erislandy Lara; Miguel Cotto et Amir Khan. Ce combat avec Golovkin demeure néanmoins le plus dangereux en carrière pour le mexicain. Golovkin n’a pas affronté jusqu’ici de si grands noms. Mis à part Kell Brook, qui rappelons-le avait monté de deux divisions de poids pour l’affronter (soit des mi-moyens aux moyens). GGG avait disposé de l’anglais par TKO au 5e round dans un combat arbitré par feu Marlon B. Wright en septembre 2016.

Au niveau des habilités pugilistiques en offensive, les deux boxeurs ont une puissance impressionnante. Ce qui rend ce duel intéressant, c’est le style des deux boxeurs. Un agresseur naturel comme Golovkin versus un contre-attaquant très dangereux et efficace en canelo. Le jab précis de Golovkin est sec et puissant comme un laser. Il met beaucoup de pression sur ses adversaires en coupant et contrôlant très bien le centre du ring. Son crochet est dévastateur et de plus, il varie bien ses coups de puissance. Il excelle en combinaison : jab suivi de son crochet, sans oublier son uppercut. Il lance beaucoup de coups dans un round. Si Alvarez peut limiter le volume de coups lancés par Golovkin, il sera en meilleure posture. Cependant contre Canelo, le kazakh devra se méfier des contre-attaques et de la puissance, spécialement lorsque le mexicain sera adossé aux câbles puisque c’est à moment qu’il est dangereux en contre-attaque.

Au niveau de la stratégie employée par Golovkin, je m’attends à ce qu’il garde à distance Alvarez en utilisant son puissant jab comme il l’avait fait contre David Lemieux, un puissant cogneur, et comme Mayweather jr avait brillamment fait pour contrer le mexicain en septembre 2013. Pour la puissance pure, je crois qu’Alvarez est plus puissant d’un seul coup de poing, tandis que la force de Golovkin vient de ses combinaisons, bien qu’il soit lui aussi très puissant. On parle ici de deux boxeurs avec une force de frappe exceptionnelle.

Alvarez possède un jab très rapide, souvent un double jab suivi de son uppercut dévastateur. Golovkin devra se méfier de son crochet de gauche au corps et à la tête. Il excelle aussi en combinaison et est très explosif, et est capable de lancer une séquence de six coups consécutifs. Comme Golovkin, Alvarez est très précis dans l’exécution de ses frappes de puissance. Comparable en puissance.

En défensive, bien que les deux pugilistes soient reconnus davantage pour leur offensive, il sont aussi efficaces en défense. La défensive de Golovkin est toutefois peu diversifiée, il garde ses mains élevées mais bouge moins le haut de son corps et sa tête. Son menton est souvent exposé et contre Alvarez, il devra se méfier car la puissance du mexicain ne fait aucun doute. Toutefois, Golovkin possède un menton à toutes épreuves. Il encaisse les coups de puissance de ses adversaires sans broncher, ce qui sera un avantage important face à un cogneur du calibre de Canelo. Pour Alvarez, il se protège bien en gardant ses mains hautes, notamment le long des câbles. Cependant, il ne bouge pas le corps suffisamment. Pour ce qui est de sa capacité à encaisser, rien de problématique en ce sens puisqu’il n’a jamais été en difficulté durant sa carrière, bien au contraire. Il sera intéressant de voir comment il va réagir face à un cogneur comme Golovkin. Comparable en défensive.

En vitesse, avantage à Alvarez à mon avis. Le mexicain est plus explosif que Golovkin. Ses mains sont excessivement rapides et il lance souvent des combinaisons de plusieurs coups. Golovkin est plus prévisible dans ses déplacements et l’exécution de ses coups, bien qu’il soit quand même très efficace et dangereux.

Pour ce qui est de l’expérience, nous avons deux boxeurs très expérimentés. Toutefois, le niveau d’expérience diffère entre les deux. Pour Golovkin, sa carrière chez les amateurs a été tout simplement impressionnante. En 350 combats, il a obtenu 345 victoires. De plus, en 2004, il a remporté la médaille d’argent aux jeux olympiques d’Athènes. Il a fait ses débuts professionnels en 2006. Sur ses 37 combats en carrière et 172 rounds disputés, 18 ont été des combats de championnats du monde et sur ce nombre, il a obtenu 17 victoires avant la limite. Il s’est battu à cinq reprises contre des anciens champions du monde : Kassim Ouma; Daniel Geale; David Lemieux; Kell Brook et Daniel Jacobs en mars dernier. Il est champion WBA régulier des moyens depuis octobre 2010. Il est champion IBF depuis octobre 2015 et champion WBC depuis mai 2016. Il lui manque uniquement le titre WBO des moyens, qui sera notamment à l’enjeu ce samedi entre le champion Billy Joe Saunders et l’aspirant Willie Monroe jr, que Golovkin a déjà battu en mai 2015 par TKO au 6e round.

Pour Alvarez, son expérience chez les amateurs est incomparable avec celle du kazakh. Au mieux 44 victoires en 46 combats selon différentes sources. Il a fait ses débuts chez les pros en octobre 2005 alors qu’il était âgé de 15 ans seulement. En 51 combats professionnels et 353 rounds disputés, il s’est battu dans 11 combats de championnats du monde, enregistrant une seule en carrière contre Floyd Mayweather jr en septembre 2013. Dans ses dix victoires en championnat du monde, il a obtenu 6 KOs. De plus, il s’est battu contre douze champions du monde en carrière, soit Miguel Vazquez; Carlos Manuel Baldomir; Lovemore N’Dou; Kermit Cintron; Shane Mosley; Austin Trout; Floyd Mayweather jr; Erislandy Lara; Miguel Cotto; Amir Khan; Liam Smith et Julio Cesar Chavez jr. Il a été pour la première fois champion du monde WBC des super mi-moyens de 2011 à 2013; champion unifié WBA en 2013 aussi; champion du monde WBC des moyens de 2015 à 2016 et champion du monde des super mi-moyens WBO de 2016 à mai 2017. Son parcours est tout simplement impressionnant pour un boxeur âgé de 27 ans. Somme toute, l’expérience de Golovkin chez les amateurs est incomparable.

L’expérience d’Alvarez chez les pros, notamment en raison de la qualité des adversaires qu’il a affrontés, en comparaison de ceux de Golovkin, est légèrement supérieure. Léger avantage Alvarez en boxe professionnelle.

Au niveau des facteurs intangibles à considérer en vue de cet affrontement, il ne fait aucun doute que les deux boxeurs sont motivés au plus haut niveau. Depuis deux ou trois ans, les fans et les observateurs de boxe réclament ce combat. Alvarez voudra faire taire les critiques qui lui reprochaient d’avoir évité Golovkin au cours des derniers mois. Golovkin voudra démontrer qu’il est le meilleur boxeur poids moyen de la boxe actuellement et que sa dernière performance contre Daniel Jacobs était un accident de parcours. Néanmoins, à 35 ans, est-ce que Golovkin a atteint son apogée? Alvarez, à 27 ans, se trouve pour sa part au zénith de sa carrière. Sa courbe de progression est impressionnante. Si le combat avait eu lieu il y a un, sans hésiter, Golovkin aura été le grand favori. Un an plus tard, c’est moins sûr, bien qu’il soit favorisé par les experts.

Tout est une question de circonstances et en ce sens, ce combat est une opportunité exceptionnelle pour Alvarez. Toutefois, donnée à considérer en vue de cet affrontement, Alvarez se battra contre un poids moyen naturel en Golovkin tandis qu’Alvarez a évolué principalement chez les mi-moyens et super mi-moyens en carrière. Est-ce que ce facteur pourra jouer durant le combat? À voir. Avantage tout de même Alvarez pour les facteurs intangibles.

Pour ce qui est des deux entraîneurs, il s’agit de deux coachs de grand calibre. L’entraîneur de Golovkin, Abel Sanchez, n’a plus besoin de présentation. Il a été associé à plusieurs anciens champions du monde au cours des années, notamment Terry Norris; Orlin Norris; Lupe Aquino; Carlos Baldomir et Sergey Kovalev, pour ne nommer que ceux- là. Pour Alvarez, il a les mêmes entraîneurs depuis le début de sa carrière, soit Jose et Eddy Reynoso, père et fils. Bien qu’ils soient moins connus qu’Abel Sanchez, la relation qui existe entre Canelo et les Reynoso est exceptionnelle. Ensemble, ils ont formé cinq champions du monde avec Saul Alvarez au cours des années : Javier Jauregui; Oscar Larios; Victor Terrazas et Rigoberto Alvarez. Sensiblement comparable au niveau des entraîneurs.

En vertu de ces différents critères, je m’attends à un combat chaudement disputé entre les deux et en vertu de la stratégie qu’adoptera Golovkin, de garder Alvarez à distance à l’aide de la puissance et de la précision de son jab, je crois qu’il disposera du mexicain par décision. Toutefois, le contraire ne serait pas surprenant et qui sait, on pourrait revivre un combat revanche et peut être même une trilogie entre les deux durant la prochaine année. Voilà mes attentes en vue de ce combat, rien de moins. Bon combat.
14/09/17 - Montréal (Martin Fournier).         

Erik Bazinyan passe le KO à son rival

Le Lavallois Erik Bazinyan (17-0-0) fait chuter Bernard Donfack (22-17-3) dès le deuxième round et une nouvelle victoire avant la limite. Impliqué dans le pirncipal combt de la soir.e présentée à la Tohu de Montréal par Rixa Promotions, Bazinyan, qui est champion mondial junior WBO des supers-moyens, enregistre la victoire par KO à 1:16 du 2e round. En demi-finale, Roody Pierre-Paul (16-3-1) stoppe le vétéran Jesus Antonio Rios (37-11-1) dès le deuxième round d’un combat prévu pour huit. Tôt dans le combat, Pierre-Paul a travaillé son rival au corps, le faisant chuter une première fois avant la fin du premier round. Roody Pierre-Paul enregistre le gain par TKO à 32 secondes du 2e round. Duel fort relevé entre le Montréalais Golden Garcia (10-0-1) et Oscar Meija (10-3-1) du Mexique. Garcia l’emporte par décision partagée (77-74, 75-76 et 78-73). Le super-moyen de Pointe-Calumet, Jean-Michel Bolivar (3-0-0), poursuit son apprentissage et l’emporte par décision partagée (39-36,37-38 et 40-35) sur le Mexicain Arturo de la Cruz (5-8-0). Bolivar a fait chuter son rival au début du round trois.

Le mi-lourd Albertain Ryan Ford (13-0-0) l’emporte sur le Mexicain Joaquin Murrieta (5-6-2) qui abandonne à la fin du quatrième round. Ford dominait largement le duel. Rappelons qu’il a mis la main sur le titre mondial UBO à Singapour plus tôt cette année. Le super-léger Mohamed Soumaoro (3-0-0) de LaSalle, enregistre la victoire par décision unanime des juges sur le résistant Samuel Hadzima (0-3-0) de la Slovaquie. Stephane Malenou (12-6-1), un natif du Cameroun maintenant résident de Montréal a stoppé Alejandro Herrera (18-8-2) à 2 :58 du 5e round. Malenou, un nouveau protégé des Frères Grant, a jusqu’ici essentiellement boxé en Belgique et en France. Pour ses débuts professionnels, le Montréalais Samuel Vasquez (0-1-0) a perdu par décision partagée contre Waldo Rojas (4-2-1) du Mexique (36-40, 39-37, 37-39). Vasquez, trop statique tout au long du combat, a passé beaucoup de temps dans les câbles. Il a toutefois semblé beaucoup plus à l’aise sur le ring à compter du quatrième round. En levée de rideau, après un premier round plus difficile pour Jimmy Ray Thompson (1-0-1), qui amorce la soirée face à l’Ontarien Marco Parente (0-1-1), il trouve son rythme à la deuxième reprise et se trouve récompensé par son travail continu au corps. Marco Parente montre néanmoins beaucoup de volonté et Thompson devra nécessairement améliorer sa défensive afin d’être touché moins régulièrement. Au final, les deux pugilistes doivent se contenter d’un verdict nul.
10/09/17 - Montréal.         

Kean nouveau champion IBO Intercontinental

Le poids lourd trifluvien Simon Kean (10-0-0) a passé le KO au cinquième round au Brésilien Marcelo Luiz Nascimento (23-15-0) pour s’emparer du titre IBO Intercontinental. Le combat était présenté en finale d'un gala de Eye of the tiger Management, le 17 juin, à l'Olympia de Montréal. Le champion NABF Youth Yves Ulysse Junior (14-0-0), a montré l’étendue de son talent face au philippin Ricky Sismundo (31-10-3), en l’emportant par décision unanime des juges. Bien connu du public québécois grâce à sa performance qui lui avait permis de vaincre Ghislain Maduma et d’obtenir un verdict nul face à Dierry Jean, Sismundo a été particulièrement menaçant au sixième et au septième round. L’affrontement a été relevé, avec beaucoup de rythmes, où chaque erreur, de part et d’autre, ont été payée. Steven Butler (19-1-1) s’est révélé intraitable face au Polonais Damian Mielewczyk (10-4-0), qu’il a défait par KO à 2:04 du deuxième round, pour le plus grand plaisir de la foule qui a réservé une belle ovation au jeune Montréalais. Lors de ses précédentes visites au Canada en 2016, Mielewczyk a fait la limite avec Sébastien Bouchard et Francis Lafrenière.

Mathieu Germain (10-0-0), confronté à l’Espagnol Pablo Fuego (12-4-0), un rival volontaire, fluide et doté de belles habiletés, n’a jamais ralenti le rythme. Au septième round, Fuego a choisi de mettre un genou au sol après avoir été touché à la tête. De retour dans l’action, il a fait face à une véritable tempête qu’il a traversée avec peine. Au final, Mathieu Germain a remporté la victoire par décision unanime des juges au terme des huit rounds règlementaires. Le Sorelois David Théroux (12-2-0) l’emporte par décision unanime des juges sur Francisco Javier Perez (16-9-1), du Mexique. L’athlète de 23 ans effectuait un retour sur le ring pour la première fois depuis sa défaite par décision partagée aux mains du vétéran mexicain Jose Emilio Perea en octobre 2016. Ayaz Hussain (13-1-0) enregistre la victoire par décision unanime des juges sur Armando Robles (31-7-2), au terme des huit rounds réglementaires. Robles a chuté dès le premier round, mais s’est révélé au final un adversaire acharné. Le quadruple Champion canadien Clovis Drolet (2-0-0) l’emporte par TKO au deuxième round sur l’argentin Gustave Alberto Sanchez (13-16-1), qu’il a fait chuter deux fois au cours du duel. Chez les super-moyens, Nurzat Sabirov (2-0-0) s’est imposé face à l’Américain Lorawnt T Nelson (2-2-0), l’emportant par arrêt de l’arbitre à 1:22 du troisième round. Nelson s’est retrouvé au tapis au deuxième, puis au troisième round. Le poids plume Andranik Grigoryan (2-0-0) a rapidement mis un terme au duel après une série de gauche à la tête qui a expédiée Ricardo David Ocampo (12-8-0) au tapis. La victoire a été acquise par TKO à 1:20 du premier round. En ouverture, Artur Ziatdinov (1-0-0) a récolté sa première victoire chez les professionnels en enregistrant le gain par TKO à 1:16 du premier round sur le Hongrois Csaba Schrammel (0-3-1). Un coup au corps a obligé Schrammel à mettre un genou au sol et il n’a jamais repris le combat.
18/06/17 - Montréal.         

Custio Clayton remporte ses deux premières ceintures.

Custio Clayton (12-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur le champion du Mexique Johnny Navarrete (33-10-1), jeudi au Casino de Montréal, et s’est emparé des titres vacants WBC Continental des Amériques et IBF International des poids mi-moyens. Le duel était présenté par le Groupe Yvon Michel. Marie-Ève Dicaire (8-0-0) de Saint-Eustache l’emporte par décision unanime des juges sur la Mexicaine Alejandra Ayala (5-2-0) au terme des huit rounds réglementaires. Le champion du Canada chez les super-moyens, Shakeel Phinn (14-1-0), de Brossard, a dominé l’Argentin Pablo Daniel Nievas (33-15-1), enregistrant la victoire par TKO à 1:18 du deuxième round. Noevas avait été ébranlé une première fois à la fin du premier round et avait chuté au début du deuxième round, avant de retourner au sol et forcer l’arbitre à mettre fin au duel. Dans un duel de super-moyen, Patrice Volny (7-0-0) de Montréal a stoppé son rival Adriel Juzaino (25-16-3), du Mexique, à 49 secondes du premier round et enregistre la victoire par TKO. En ouverture, Bruno Bredicean (9-0-0) en a eu plein les bras face à Fernando Valencia (8-4-0). Visiblement incommodé à la main droite à compter du quatrième round, il a obtenu la victoire par décision unanime (58-55, 2 x 57-56).

16/06/17 - Montréal.         

Francis Lafrenière conserve son titre NABO

Francis Lafrenière (16-5-2) a défendu avec succès son titre NABO des poids moyens en l’emportant par TKO à 1:44 du quatrième round sur le Mexicain Oscar Cortez (26-3-0), samedi à La Tohu de Montréal, en finale d’un gala présenté par Rixa Promotions. Cortez, un ancien champion WBC Youth Intercontinental, avait visiblement le potentiel pour offrir une opposition intéressante mais il a rapidement préféré investir son énergie à faire valoir de multiples griefs à l’arbitre. Plusieurs coups de têtes ont notamment été échangés et Cortez a perdu un point au troisième round. Son coin a finalement mis un terme à l’affrontement. Dans le principal combat de soutien de la soirée, le Lavallois Érik Bazinyan (16-0-0) a stoppé son rival, le Mexicain Rolando Paredes (13-5-2), à 1:43 du quatrième round. Complètement débordé, Paradez, qui est actuel champion WBC FECOMBOX chez les mi-lourds, a d’abord mis un genou au sol. De retour dans l’action, il a de nouveau été au tapis dans les secondes suivantes, forçant son coin à demandé l’arrêt du combat.

Le boxeur de Drummondville Jordan Balmir (5-0-0) l’emporte sur Arian Campos (1-3-2) par décision unanime des juges. Campos, qui a visité le tapis au deuxième round, a offert une bonne opposition. Golden Garcia (9-0-1) a stoppé le Mexicain Luis Zambrano (14-11-1) avec un dur coup au corps. Il a enregistré la victoire par KO à 3:00 du deuxième round. Roody Pierre-Paul (15-3-1), de Terrebonne, l’emporte par décision unanime des juges (78-74, 2 x 77-75) sur le Mexicain Oscar Barajas (17-5-1) au terme d’un combat qui n’a pas été aisé. « Je m’attendais à un combat qui serait plus facile, que je pourrais le ralentir, mais il a été acharné pendant tous les rounds. Alors j’espérais un autre genre de combat, mais je suis content de ma victoire », a dit Roody Pierre-Paul. Rappelons que les deux pugilistes avaient dû se contenter d’un verdict nul en juin 2016. Chez les poids légers, Chann Thonson (3-0-0) obtient la victoire par décision unanime sur Tonathiu Garcia (4-4-1) du Mexique. À l’issu d’un duel chaudement disputé, Jean-Michel Bolivar (2-0-0), de Pointe-Calumet, l’emporte par décision majoritaire (38-38, 39-37, 39-37) sur le Torontois Mikhail Miller (0-2-1). Chez les super-légers, Mohamed Soumaoro (2-0-0), de LaSalle, a stoppé par TKO à 1:53 du troisième round le Mexicain Alfredo Cardenas (4-7-0), au terme d’un festival offensif. C’est le coin de Cardenas qui a réclamé l’arrêt du duel. En ouverture, Jimmy Ray Thompson (1-0-0), de Pincourt, a passé le KO à 41 secondes du deuxième round à Fabien Valdes (1-1-0), du Mexique, avec un solide crochet de gauche à la tête.

11/06/17 - Montréal.         

Adonis Stevenson s'impose rapidement sur Fonfara

Adonis Stevenson (29-1-0) a défendu avec succès sa couronne mondiale WBC des mi-lourds en enregistrant la victoire par TKO au deuxième round sur le Polonais Andrzej Fonfara (29-5-0), samedi, au Centre Bell, dans le combat principal d’un gala présenté par le Groupe Yvon Michel. Il s’agissait pour lui d’une huitième défense de son titre. Eleider Alvarez (23-0-0) a défendu avec succès sa couronne WBC Argent en l’emportant sur Jean Pascal (31-5-1) par décision majoritaire des juges (114-114, 117-111, 116-112), et conserve ainsi son statut d’aspirant obligatoire au championnat du monde WBC.

Le Trifluvien Mikaël Zewski (28-1-0) l’emporte par décision unanime des juges sur le Mexicain Fernando Silva (15-11-3). Le protégé de Lucian Bute, Dario Bredicean (14-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur Manuel Garcia (15-14-2) au terme des huit rounds règlementaires. En ouverture, l'Olympien français Christian Mbilli (4-0-0) a stoppé le Mexicain Cesar Ugarte (4-2-0) par TKO à 47 secondes du deuxième round. Il remontera sur le ring le 15 juin prochain au Cabaret du Casino de Montréal.

04/06/17 - Montréal.         

Erik Bazinyan enregistre sa 15e victoire

Erik Bazinyan (15-0-0) a défait le Suisse Alis Sijaric (13-3-0) à mi-chemin d’un duel prévu pour huit round, le samedi 8 avril à La TOHU. Dans le principal combat de la soirée, Bazinyan, l’actuel champion du monde junior WBO chez les super-moyens, a enregistré la victoire par TKO au quatrième round. Roody Pierre-Paul (13-3-2), de Terrebonne, signe la victoire par décision unanime des juges sur le vétéran Noel Meija Rincon (20-11-1), du Mexique. Au terme d’un duel de huit rounds chaudement disputés entre Golden Garcia (8-0-1) et le Mexicain Jorge Luis Melendez (8-3-2), les juges rendent un verdict nul majoritaire (74-78, 76-76-, 76-76). Très peu actif au premier round, Jordan Balmir (4-0-0), de Drummondville, amorce le deuxième round en force et déborde rapidement le Hongrois Akos Kovacs (2-3-0), qu’il envoi finalement au tapis. Balmir enregistre la victoire par KO à 1:27 du deuxième round. Le Lavallois Dwayne Durel (6-1-0) en a eu plein les bras devant Guillermo Garcia (4-3-0), qui l’a envoyé au tapis à la fin du deuxième avec un bon uppercut. Durel a été compétitif au round suivant, mais dès la quatrième reprise, a continué à laisser son adversaire le toucher beaucoup trop régulièrement. Au terme d’un duel fort excitant, les juges ont offert un verdict par décision partagée (57-56, 56-57, 54-59) en faveur de Guillermo Garcia, qui a obtenu des applaudissements nourris à sa sortie du ring. Dwayne Durel encaisse ainsi sa première défaite en carrière.

Dario Bredecian (13-0-0) prend rapidement l’avantage sur Francisco Rios (12-7-3). Au second round, il l’embouteille dans le coin et après une série de combinaisons, force l’arbitre à mettre fin au combat. Le protégé de Lucian Bute obtient la victoire par TKO au deuxième round. Nouvelle performance inspirée pour l’Olympien français Christian MBilli (3-0-0). Engagé dans une épreuve de force avec le jeune Mexicain Sergio De Leon (7-2-0), MBilli a mené l’action. Au troisième round, De Leon n’a pu se relever de sa seconde chute, elle aussi provoquée par un coup au corps. Christian MBilli a enregistré la victoire par TKO à 1:13 secondes du troisième round. Chann Thonson (2-0-0) a stoppé le Hongrois David Berner (3-2-0) par TKO à 28 secondes du deuxième round. Berner s’est retrouvé au plancher deux fois dans le premier round, notamment après un coup au corps. À ses débuts professionnels, Jean-Michel Bolivar (1-0-0) de Pointe-Calumet, un protégé de Renan St-Juste, a obtenu le TKO à 1:47 sur Istvan Szucs (2-7-0), après l'avoir fait chuter une fois à chacun des deux premiers rounds. En levée de rideau, Mohamed Soumaoro (1-0-0), un espoir issu du programme amateur des frères Grants, s’est imposé dès le premier round sur Antonio Vergara (1-2-1) en obtenant la victoire par TKO à 1:47 à ses débuts professionnels. Rixa Promotions va présenter son prochain gala le 10 juin à La Tohu de Montréal. Dans le principal combat de la soirée Francis Lafrenière devrait défendre sa couronne NABO.


09/04/17 - Montréal.         

Batyr Jukembayev s'impose face à Cosme Rivera

Le boxeur d’origine Kazakh, Batyr Jukembayev (9-0-0) s’est emparé du titre vacant IBO International des poids super-légers, jeudi, en stoppant le mexicain Cosme Rivera (41-24-3). Tôt dans le combat, Batyr a pris le contrôle du ring. À compter du troisième engagement, Cosme Rivera s’est retrouvé débordé, se retrouvant même au plancher lors de ce round après une solide gauche au menton. Batyr Jukembayev a finalement enregistré la victoire à 1:55 du 7e round. Le duel était présenté en finale du premier gala de la série l’Antre du tigre, le jeudi 6 avril au Métropolis de Montréal.


En demi-finale, le poids lourd Simon Kean (9-0-0) de Trois-Rivières a stoppé l’américain Michael Marrone (21-7-0) à 50 secondes du premier round. Clovis Drolet (1-0-0), de Beauport, a été particulièrement expéditif. Confronté au Mexicain Jesus Olivares (5-5-0), il lui a passé le KO à 31 secondes du premier round. En levée de rideau, Ablaikhan Khussainov (6-0-0) a stoppé Cristian Arrazola (23-14-2) au deuxième round. Après deux chutes dès le premier round, Arrazola a plié l’échine au round suivant. Ablaikhan Khussainov a enregistré la victoire par KO à 2:38 du deuxième round.

07/04/17 - Montréal.         

victoire par disqualification pour Shakeel Phinn au Casino de Montréal

Le champion canadien des super-moyens, Shakeel Phinn (13-1-0) de Brossard a obtenu la victoire par disqualification de son rival, le mexicain Josue Aguilar (12-2-3), champion WBC Jeunesse Silver en 2015. Après avoir visité le tapis au deuxième round, Aguilar a multiplier les accrochages, forçant au final l’arbitre à stopper le combat à mi-chemin du dixième et dernier round. Le duel était présenté en finale du gala présenté le jeudi 30 mars au Cabaret du Casino de Montréal par le Groupe Yvon Michel.

Plus tôt dans la soirée, le Montréalais d’origine roumaine Jojo Dan (36-4-0) a enregistré la victoire sur le mexicain Jesus Gurrola (23-11-3) par arrêt de l’arbitre (TKO) à la fin du cinquième round. Chez les super-légers, Michael Gadbois (15-1-3), de Saint-Hyacinthe, de retour dans le ring après une absence de 16 mois en raison d’une blessure à l’épaule, l’emporte par décision unanime sur le mexicain Cecilio Santos (33-32-6). Le poids mi-moyen montréalais Bruno Bredicean (8-0-0) l’emporte par décision majoritaire (58-56, 57-57, 59-55) sur le Mexicain Jose Manuel mares (17-12-0), au terme d’un duel où il a été touché régulièrement. Chez les femmes, la Montréalaise d’adoption Jessica Camara (1-0-0), qui a été championne canadienne chez les amateurs en 2015, l’emporte par décision unanime sur la Mexicaine Heidy Martinez (2-2-0). En levée de rideau, au terme d’un combat plutôt intense, le super-léger montréalais Roodsy Vincent (2-1-0) a enregistré la victoire par décision unanime des juges sur le Mexicain Aaron Lazcano (2-2-0).
31/03/17 - Montréal.         

Eleider Alvarez stoppe Lucian Bute

Eleider Alvarez (22-0-0) surprend Lucian Bute (32-4-1) et lui passe le KO à 2:22 du cinquième round. Le duel était chaudement mené jusque-là et les deux pugilistes offraient toute une prestation. Alvarez devait l’emporter de façon convaincante s’il voulait confirmer son statut d’aspirant obligatoire au titre mondial WBC final des mi-lourds et c'est mission accomplie. « Je me bat pour ma famille, pour ma vie », a-t-il dit à la suite du combat. Eleider Alvarez devrait maintenant affronter Adonis Stevenson.

Le duel était présenté en finale d'un gala organisé par Groupe Yvon Michel, le vendredi 24 février au Centre Vidéotron de Québec. Dans la demi-finale, le poids lourd de Québec, Éric Martel-Bahoeli (11-7-1), s’est fait passé le KO à 2:01 du cinquième round par l’ex-footballeur Adam Braidwood (7-1-0) de la Colombie-Britannique. En plus de cette nouvelle victoire, Braidwood a mis la main sur le titre mondial la World Boxing Union (WBU). Sébastien Bouchard (15-1-0) de Baie-Saint-Paul, enregistre une nouvelle victoire par décision unanime des juges et inscrit le nom du Mexicain Gustavo Garibay (13-8-2) à sa fiche, au terme d’un duel pas toujours facile. Garibay est l’actuel champion du Mexique et WBC Latino des super-mi-moyens. Le Mexicain Uriel Gonzalez (15-2-1), un adversaire de remplacement, a offert un défi de tous les instants à Francis Lafrenière (15-5-2), de Coteau-du-Lac, qui l’emporte par décision partagée des juges (98-92, 96-94, 95-96). Lafrenière conserve ainsi de justesse sa couronne IBF Internationale, à laquelle il ajoute celle de la NABO des poids moyens. Avec son style offensif et sa vitesse, la nouvelle recrue de GYM, l’Olympien français Christian M’Billi (2-0-0), fait réagir la foule. Il met beaucoup de pression sur le Mexicain Jesus Olivares (5-4-0) qui n’a rapidement que sa résistance à offrir. L’arbitre met un terme au duel à 34 secondes du troisième round. M’Billi enregistre un deuxièmes gain consécutif avant la limite en autant de combats. En levée de rideau, Dario Bredicean (12-0-0) l’emporte par décision unanime des juges sur le Mexicain Alejandro Torres (9-2-2).

25/02/17 - Québec.         

Bute-Alvarez : qui sortira vainqueur ?

Par Martin FOURNIER, collaboration spéciale –

Ce vendredi 24 février au Centre Vidéotron de Québec, Eleider Alvarez, champion Argent du WBC chez les mi-lourds défendra sa position d’aspirant obligatoire à la couronne mondiale WBC détenue par Adonis Stevenson, en affrontant l’ancien champion du monde IBF des super-moyens, Lucian Bute. À quoi faut-il s’attendre pour ce duel entre ces deux boxeurs de chez nous? Analysons-le selon les critères habituels : offensive, défensive, vitesse, expérience, entraîneurs et facteurs intangibles.

Offensive et puissance : Eleider Alvarez, 32 ans, est invaincu en carrière et compte 21 victoires en autant de combats, incluant 10 gains par KO. Pour l’ensemble des rounds disputés, son pourcentage de KO est de 48%. Sa plus récente victoire par TKO remonte au 12 juin 2015, elle a été acquise à Chicago aux dépens d’Anatoliy Dudchenko. Ses deux dernières victoires, en 2016, l’ont été aux dépens des gauchers Norbert Dabrowski et Robert Berridge. Bien qu’elles n’aient pas été des plus spectaculaires, elles constituent une bonne préparation pour un affrontement contre Lucian Bute, qui est aussi un gaucher. Ce facteur, duel gaucher-droitier, pourrait malgré tout compliquer les choses pour Alvarez. Au niveau de ses habiletés pugilistiques, Alvarez possède un excellent jab qui est précis et rapide, qui est une de ses forces, ainsi qu’une bonne main arrière, un bon crochet très efficace au corps et un bon uppercut. Il n’a toutefois pas la puissance pour ébranler un adversaire d’un seul coup. Alvarez est bon en contre-attaque et en combinaison. Comme son adversaire, il devra s’imposer en mettant de la pression dès le début pour imposer son rythme et sa force afin de le faire reculer. Il a aussi l’avantage de la portée, soit 75 pouces et demie contre 72 pour Bute.

Lucian Bute, qui aura 37 ans le 28 février, a obtenu 25 de ses 32 victoires en carrière par KO, pour un pourcentage de 69%. Sa dernière victoire par TKO remonte à août 2015 contre l’italien Andrea Di Luisa, un TKO au 4e round. Toutefois, Bute a évolué pour la majeure partie de sa carrière chez les super-moyens et le duel contre Alvarez aura lieu chez les mi-lourds, ce qui est un facteur qu’on ne peut passer sous silence. Par conséquent, l’avantage habituellement lié à la puissance de Bute sera moins déterminant puisqu’Alvarez est un gros mi-lourd. Bute excelle toutefois en contre-attaque et en combinaison. Il possède un jab rapide et un uppercut très efficace, notamment lorsqu’il est lancé au corps. Il devra nécessairement lancer son jab à profusion pour contrer celui d’Alvarez, en plus de mettre de la pression afin de faire reculer le colombien d’origine.

Si Lucian Bute veut espérer l’emporter, il devra commencer son combat en force comme il l’a fait lors de son duel contre Badou Jack, en avril 2016. Rappelons que le roumain d’origine a eu tendance, tout au long de sa carrière, à prendre les premiers rounds de ses combats pour analyser ses adversaires. Lors de son duel face à James De Gale en novembre 2015, il aurait augmenté ses chances de remporter cet affrontement s’il s’était porté à l’attaque dès le début du combat. Il sera donc intéressant de voir comment Bute, après dix mois d’inactivité, va réagir cette fois. En général, il termine ses affrontements en force, les deux derniers combats le démontrent bien. De facto, j’offre donc un léger avantage à Bute en offensive et en puissance, mais gardons à l’esprit qu’il se battra chez les mi-lourds contre un mi-lourd naturel.

Défensive : Elle me paraît sensiblement comparable. Eleider Alvarez possède une bonne défensive, il se protège bien et garde ses mains hautes pour se protéger contre les contre-attaque de ses adversaires et Bute est un excellent contre-attaquant. Il devra bien bloquer le jab de Bute. Au niveau de sa capacité à encaisser, elle ne me paraît pas problématique en soi, bien qu’il ait été quelque peu ébranlé par l’argentin Isidro Prieto, un dur cogneur, en août 2015. Lucian Bute protège bien son menton avec son épaule, il esquive et bouge bien la tête. Il devra être continuellement en mouvement s’il veut déstabiliser Alvarez. Concernant sa capacité à encaisser, mise à part sa dure défaite contre Carl Froch par TKO en mai 2012 au 5e round, il possède sensiblement un bon menton. De même, je ne crois pas qu’Alvarez possède une force de frappe suffisante pour ébranler le roumain, bien qu’il sera plus gros que Bute le soir du combat.

Vitesse : Bute me paraît avantagé car il sera moins lourd sur le ring qu’Alvarez, soit environ 182 contre environ 191 livres pour Alvarez, un mi-lourd naturel. De plus, Lucian est très mobile, se déplace bien sur un ring, possède un bon jeu de pieds et varie bien ses déplacements. Alvarez est moins mobile et plus statique que Bute. Il est plus prévisible dans ses déplacements.

Expérience : Lucian Bute est largement avantagé avec ses 13 combats de championnats du monde, dont neuf défenses de titres au cours de son règne de champion du monde entre 2007 et 2012. Il a vécu les innombrables préparations et la gestion du stress associés à des combats importants, ce qui constitue une expérience non négligeable à mon avis. Ce vendredi, il disputera son 37e combat en carrière contre 22 pour Alvarez. De plus, ses deux derniers combats en championnat du monde contre James De Gale et Badou Jack ont été surprenants et concluants. À noter que depuis qu’il est entraîné par les frères Grant depuis 2015, Bute a bien performé dans ses trois derniers combats. Pour Alvarez, bien qu’il ait eu une très bonne carrière chez les amateurs notamment en récoltant une médaille d’or aux jeux panaméricains en 2007 chez les mi-lourds et une participation aux jeux olympiques de Pékin en 2008, il ne s’est pas battu en championnat du monde comme son adversaire.

Entraîneurs : Marc Ramsay, l’entraîneur d’Eleider Alvarez, n’a plus besoin de présentation. Au cours de sa carrière il a été associé notamment à Jean Pascal, ancien champion du monde WBC de 2009 à 2011 et œuvre depuis 2011 auprès de David Lemieux, qui a été champion du monde IBF chez les moyens en 2015. Il est aussi l’entraineur d’Artur Beterbiev, l’une des plus belles sensations chez les mi-lourds actuellement. Bien que la feuille de route d’Howard Grant soit moins impressionnante que celle de Ramsay, depuis que Grant est l’entraîneur de Bute, j’aime beaucoup l’évolution et la progression du roumain âgé de 36 ans. Sensiblement comparable chez les entraîneurs en vue de cet affrontement.

Facteurs intangibles : avantage Eleider Alvarez. Depuis sa victoire à Monaco en octobre 2014 contre Ryno Liebenberg, où Alvarez a disputé l’un de ses plus beaux combats en carrière et dont le résultat lui a valu pour une première fois le statut d’aspirant obligatoire à la couronne de Stevenson, il va sans dire que l’attente a été très longue. Il faut dire que le parcours du colombien d’origine vers un combat de championnat du monde a également été ralentit par les blessures. Il est clair qu’Alvarez veut prouver à la face du monde de la boxe internationale qu’il a la carrure pour devenir champion du monde. Sa décision de mettre en jeu son titre d’aspirant obligatoire contre Lucian Bute en est une belle démonstration, compte tenu qu’il a beaucoup à perdre lors de ce combat. Ça sera au final la troisième fois qu’il combattra pour le titre d’aspirant obligatoire à la couronne d’Adonis Stevenson depuis 2014. Il voudra prendre tous les moyens pour conserver cette position. D’autant qu’il s’agit de sa chance la plus significative d’aspirer aux grands honneurs. Une défaite pourrait miner la suite de sa la carrière, alors que l’impact ne serait pas le même dans le cas de Lucian Bute, qui a déjà été champion et qui a eu l’occasion de récolter des bourses significatives au cours de sa carrière. Le roumain d’origine aurait sans doute de nouveau l’occasion de prendre part à des duels d’intérêt chez les super-moyens. Compte tenu du fait qu’Alvarez a beaucoup à perdre avec ce combat, sa motivation sera certainement très élevée. En contrepartie, Lucian Bute sera certainement motivé par le fait de vouloir passer à autre chose à la suite de son verdict nul récolté à son dernier combat contre Badou Jack, et de toute la controverse qui s’en est suivie. Sans compter le fait qu’il voudra certainement faire mentir Alvarez qui a déclaré sa volonté de vouloir mettre fin à sa carrière.

On ne peut passer sous silence que le dernier combat de Bute disputé chez les mi-lourds, contre Jean Pascal en janvier 2014, n’a pas été concluant alors qu’il a subi une cuisante défaite. Cependant, les circonstances ont complètement changé et de façon positive pour le roumain. Si Lucian Bute boxe comme il l’a fait lors de ses deux derniers duels face à deux champions du monde, il sera en bonne position pour vaincre Eleider Alvarez. Il pourrait y parvenir compte tenu que la chimie qui s’est installée entre les frères Grant et lui a notablement changé sa manière d’aborder ses combats.

En conclusion, je m’attends à un combat très serré et disputé de manière technique, ce qui pourrait mener à un verdict par décision partagée des juges. Je ne serais d’ailleurs pas surpris que Lucian Bute soit impliqué pour une deuxième fois consécutive dans un combat nul, après avoir récolté un verdict nul contre Badou Jack en avril dernier. Toutefois, après analyse des cinq critères, je favorise Lucian Bute face à Eleider Alvarez en raison de sa vitesse et de son expérience. Cependant, il ne faut pas négliger les facteurs intangibles qui favorisent nettement Alvarez, pour qui ce combat représente la chance d’une vie et d’une carrière. Considérant la valeur de cette motivation, je ne serais pas surpris davantage surpris par une victoire du colombien.
19/02/17 - Montreal (Martin Fournier).         

Marie-Ève Dicaire s'impose au Casino de Montréal

Marie-Eve Dicaire (7-0-0) l’emporte par décision unanime des juges sur l’Américaine Lisa Noel Garland (15-7-0) au terme des huit rounds règlementaires. Confrontée à une adversaire volontaire qui a maintenu la pression tout au long du combat, Dicaire a souvent porté les meilleurs coups et certainement les plus précis. Une droite a notamment fait chuter Garland au quatrième round. Marie-Ève Dicaire relève ainsi avec brio le défi d’un premier combat principal. Le duel était présenté le jeudi 9 février par le Groupe Yvon Michel (GYM) au Cabaret du Casino de Montréal.

Dans le premier combat d’arts martiaux mixtes de l’histoire de GYM, le Lavallois Yoni Sherbatov (6-0-1) n’a pas mis de temps à s’imposer sur le Californien Martin Sandoval (9-8-1), enregistrant la victoire par TKO à 44 secondes du premier round. Le champion du Canada chez les super-moyens, Shakeel Phinn (12-1-0), de Brossard, l’emporte par TKO à la fin du 3e round sur le Mexicain Victor Manuel Palacios (13-14-2), qui opte pour l’abandon. À l’issu d’un duel fort compétitif entre le Montréalais Patrice Volny (5-0-0) et Louisbert Altidor (5-1-0) d’Ottawa, les juges ont offert un verdict majoritaire (57-57, 58-56, 59-55) en faveur de Patrice Volny. Bruno Bredicean (7-0-0) pousse à l’abandon son adversaire Alejandro Herrera (16-6-2) du Mexique, qui choisit de ne pas revenir pour le sixième et ultime round. Bredicean l’emporte par TKO. L’Olympien français et triple champion d’Europe chez les amateurs, Christian M’Billi (1-0-0), a enregistré la victoire par KO à 1:26 du deuxième round sur le Mexicain Adrian Arenas (2-5-0) en plaçant un crochet au corps.

10/02/17 - Montréal.         

La boxe au fil de la semaine #134 – l’actualité vue par Richard Cloutier

Billet 134, semaine du 30 janvier 2017

Le Montréalais Steven Butler (18-1-1) s’est fait surprendre, samedi au Centre Bell, par l’Ontarien Brandon Cook (18-0-0) qui l’a emporté par TKO au septième round. Cook est ainsi parvenu à unifier les titres IBF et WBA nord-américains. C’est l’arbitre Marlon B. Wright qui a mis un terme au duel à la suite d’une chute de Butler. Celui-ci n’était visiblement pas en mesure de poursuivre l’affrontement et bien qu’il ne restait que quelques secondes au round, et que Butler aurait alors bénéficié d’une minute de repos, Wright a jugé que ce répit serait insuffisant.

Butler a immédiatement réclamé un combat revanche, mais son promoteur, Camille Estephan, le président de la firme Eye of the Tiger Management, a été clair sur la question : « Certainement pas tout de suite. Je veux que Steven apprenne avant, a cité La Presse Canadienne. On a pris un challenge pour Steven, pour lequel on pensait qu’il était prêt. Il va falloir qu’on regarde tous ensemble ce qui s’est passé. Ça avait l’air d’être un manque d’énergie. Il boxait bien. Il a été capable de faire mal à Cook en plusieurs occasions. Mais Cook, c’est quand même un cinquième au monde. On le savait. » Camille Estephan croit que le parcours de boxeurs tels que Bermane Stiverne et David Lemieux, qui ont aussi dû faire face à d’importants défis avant de devenir champion du monde, saura inspirer Steven Butler. Il devra prendre un pas de recul avant d’espérer reprendre sa place dans l’antichambre de l’élite où il s’était hissé.

Le boxeur et entraîneur Renan St-Juste, dans son plus récent billet d’humeur diffusé sur Facebook, résume à mon avis assez bien la situation. « Hier, c’était un jeune de 21 ans qui se retrouvait pour la première fois devant un obstacle, car même chez les amateurs, il a presque toujours été une coche plus haute que les autres au niveau talent. Mais son manque de compétition en boxe amateur, après avoir passé beaucoup trop jeune chez les professionnels (à mon avis) a été flagrant hier soir. On le voyait regarder dans son coin comme pour chercher l’aide de ses hommes de coin quand Cook le frappait au corps à répétition. Sauf que quand la cloche sonne, plus personne ne peut plus rien pour toi ».

La défaite de Butler a entraîné des débordements inexcusables. Outre des bagarres impliquant de nombreuses personnes aux abords du ring, rappelons que Brandon Cook a été atteint par un seau à glace lancé sur le ring et quelques spectateurs ont également été blessés par des projectiles. Le service de police est intervenu et deux arrestations ont été effectuées, selon les informations disponibles. On ne peut que dénoncer cette situation, d’autant plus que les quelque 5500 spectateurs présents avaient jusque-là assisté à une soirée fort intéressante.

Dans le principal combat de soutien, chez les poids lourds, l’Olympien Simon Kean (8-0-0) a défait l’Américain Avery Gibson (8-6-4) par décision unanime des juges. Selon différentes sources, il n’est pas impossible que Simon Kean boxe en sous-carte du duel qui opposera David Lemieux (36-3-0) à Curtis Stevens (29-5-0) le samedi 11 mars prochain au Casino Turning Stone de Verona, dans l’état de New York. À noter que David Théroux n’a pas boxé en raison d’un virus. « On va essayer de me trouver un combat très proche pour ne pas perdre tout ce que j’ai travaillé au cours des derniers mois », a déclaré Théroux au journal Les 2 Rives.

Yves Ulysse Junior (12-0-0) a pour sa part été particulièrement solide face à Jose Emilio Perea (24-8-0), enregistrant la victoire par décision unanime des juges. Le super-léger Mathieu Germain (9-0-0) a lui aussi signé la victoire par décision unanime des juges sur le mexicain Juan Armando Garcia (19-6-2). Il faut aussi souligner les gains du Kazakh super-léger Batyr Jukembayev (8-0-0), de son compatriote Ablaikhan Khussainov (5-0-0), du super-léger montréalais Ayaz Hussain (12-1-0), de même que celle de l’Ontarien Josh O’Reilly (8-1-0). À noter qu’il est déjà prévu que O’Reilly figure sur une carte prévue le 25 février au Hershey Centre de Mississaugua, en Ontario.

Le crochet de gauche – l’actu en bref

- Le poids lourd de Québec Éric Martel-Bahoeli (11-6-1) affrontera Adam Braidwood (6-1-0) pour le titre mondial de la World Boxing Union (WBU) le 24 février au Centre Vidéotron de Québec, en sous-carte du choc qui opposera le champion WBC d’Argent des mi-lourds Eleider Alvarez (21-0-0) à Lucian Bute (32-3-1) dans un duel éliminatoire final au titre WBC. Éric Martel-Bahoeli, un ancien champion canadien, a disputé un combat pour le titre WBC Francophone en 2016 en France, qu’il a perdu par décision unanime, et il s’est fait stopper par Lucas Brown en 2014 au Royaume-Uni dans le cadre d’un combat comptant pour les couronnes du Commonwealth et WBC Euro-Pacific. Pour sa part, Adam Braidwood, un résident de Victoria en Colombie-Britannique, a évolué de 2006 à 2010 avec les Eskimos d’Edmonton, avant de se lancer dans une courte carrière en boxe amateur et en arts martiaux mixtes (AMM). Lors du même événement, Sébastien Bouchard (14-1-0) de Baie-Saint-Paul, fera face à Gustavo Garibay (13-7-2), qui est l’actuel champion du Mexique et WBC Latino des super-mi-moyens.de même, Francis Lafrenière (14-5-2) défendra son titre IBF International et aura la chance de mettre la main sur le titre NABO des poids moyens en affrontant l’Américain Marcus Willis (17-4-2), un gagnant des Gants dorés de Floride chez les amateurs. Selon Boxrec.com, l’Olympien Custio Clayton (10-0-0) serait pour sa part retiré de la carte.

- Puisqu’il est question de la carte du 24 février, mentionnons que Lucian Bute a rencontré les médias en compagnie d’Angel Heredia, afin de confirmer que celui-ci avait toujours toute sa confiance et qu’il allait continuer à agir au sein de son équipe à titre de préparateur physique. « Je suis très satisfait de son travail par rapport à la condition physique. À cause de cela, j’ai décidé de continuer avec lui. C’était un accident ce qui s’est passé avec le test de Washington qui était contaminé. On l’a prouvé », a indiqué Lucian Bute, cité par RDS.ca. Rappelons que Lucian Bute a été contrôlé positif à l’ostarine à la suite de son combat contre Badou Jack, disputé le 30 avril à Washington. Il s’est avéré qu’un supplément diététique consommé par Lucian Bute avait été contaminé au laboratoire californien mandaté par Angel Heredia, selon la version présentée par le clan Bute à la commission athlétique du District de Columbia et acceptée par elle. Lucian Bute et la commission athlétique du District de Columbia en sont venus à une entente en novembre dernier, qui a valu à Lucian Bute une suspension de six mois et le versement volontaire d’une contribution de 50 000 $ au programme antidopage du World Boxing Council.

- L’International Boxing Federation (IBF) procédera à un appel d’offres le 2 février afin de déterminer qui obtiendra les droits d’organisation du combat éliminatoire IBF des mi-lourds entre le Montréalais Artur Beterbiev (#2 IBF – 11-0-0) et l’Américain d’origine cubaine Sullivan Barrera (#7 IBF – 18-1-0). Cet appel d’offres sera tenu seulement si les partis impliqués, soit le Groupe Yvon Michel Inc (GYM) et Main Events, sont incapables de conclure une entente négociée sur les modalités de la présentation du combat. Les clans des deux boxeurs ont jusqu’au 2 février à midi pour s’entendre à défaut de quoi ils devront déposer leur mise dans le cadre de l’appel d’offres, prévu aux locaux de l’IBF, à Springfield, au New Jersey. Le gagnant de cet appel d’offres obtiendra le privilège de déterminer la date, l’endroit et les télédiffuseurs du combat. Le vainqueur du choc Beterbiev-Barrera deviendra aspirant obligatoire au champion des mi-lourds, l’Américain Andre Ward (31-0-0), qui aura alors jusqu’en septembre pour l’affronter.

- L’aspirant mondial de Cornwall, Tony Luis (22-3-0) renonce à affronter le Chilien Oscar Bravo (22-6-0) lors d’un gala prévu le 11 février au Renaissance Palm Springs Hotel, en Californie, en raison d’une infection. Il devait s’agir d’un premier duel sous les couleurs de la firme Caifornienne Liveco Boxing, son nouveau promoteur. Tony Luis vise maintenant un retour sur le ring au mois de mars.

La chronique « Au fil des rounds » rédigée par Richard Cloutier est publiée chaque semaine via les publications de la division Communautés locales de TC Media. À noter toutefois que la version « La boxe au fil de la semaine » publiée sur le site http://www.monsieurboxerichardcloutier.com présente un contenu distinct et augmenté. Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).
01/02/17 - Montréal.         

Steven Butler se fait surprendre

Le Montréalais Steven Butler (18-1-1) s’est fait surprendre, le samedi 28 janvier au Centre Bell, par l’Ontarien Brandon Cook (18-0-0) qui l’a emporté par TKO au septième round. Cook est ainsi parvenu à unifier les titres IBF et WBA nord-américains. L'événement était présenté par la firme Eye of the Tiger Management. Dans le principal combat de soutien, chez les poids lourds, l’Olympien Simon Kean (8-0-0) a défait l’Américain Avery Gibson (8-6-4) par décision unanime des juges. Agile, rapide, précis, Yves Ulysse Junior (12-0-0) a été solide face à Jose Emilio Perea (24-8-0), qui a infligé la défaite à David Théroux il y a quelques mois. Au terme des huit rounds règlementaires, Yves Ulysse Junior a enregistré la victoire par décision unanime des juges.

Le super-léger Mathieu Germain (9-0-0) a contrôlé l’action face au pugnace mexicain Juan Armando Garcia (19-6-2) tout au long des huit rounds d’un duel rempli d’action pour l’emporter finalement par décision unanime des juges. Garcia a visité le tapis au septième round. Le Kazakh super-léger Batyr Jukembayev (8-0-0) a rapidement disposé du mexicain David Rangel (12-5-0), expédié au tapis avec un solide crochet de la droite dès le premier round. La victoire par KO de Batyr Jukembayev a été inscrite à 2:24. Confronté au Mexicain Ulises Perez (16-5-0), le super-léger montréalais Ayaz Hussain (12-1-0) a été particulièrement actif en offensive. Hussain a fait chuter Perez au deuxième round et celui, brièvement de retour dans la bataille, n’a pas convaincu très longtemps l’arbitre de le laisser poursuivre. Ayaz Hussain a enregistré la victoire par TKO à 2:07 du deuxième round. Chez les légers, le Montréalais d’adoption Ablaikhan Khussainov (5-0-0) a eu fort à faire en début de combat face au Mexicain Oscar Mejia (8-2-1). Toutefois, Khussainov s’est imposé un peu plus à chaque round, obligeant finalement l’arbitre à mettre un terme à l’affrontement à 1:06 du sixième round. En levée de rideau, l’Ontarien Josh O’Reilly (8-1-0) s’est rapidement imposé sur le Hongrois Attila Csereklye (6-6-0). Dès le premier round, il l’a fait chuté à deux reprises et, alors qu’une troisième chute était imminente, l’arbitre s’est interposé pour mettre un terme au duel. La victoire de Josh O’Reilly, par TKO, a été prononcée à 2:16 du premier rond.
29/01/17 - Montréal.         

La boxe au fil de la semaine #133 – l’actualité vue par Richard Cloutier

Billet 133, semaine du 23 janvier 2017

Francis Lafrenière (14-5-2) combattra le 24 février au Centre Vidéotron à Québec contre l’américain Marcus Willis (17-4-2), un gagnant des Gants dorés de Floride chez les amateurs qui a notamment vaincu James De la Rosa une fois chez les professionnels. Lafrenière défendra alors son titre IBF International et aura la chance de mettre la main sur un autre titre nord-américain. « Le combat entre Francis Lafrenière et Marcus Willis s’annonce spectaculaire et il est sanctionné pour le titre NABO des poids moyens », a mentionné le représentant du WBO au Canada et membre du comité exécutif de la NABO, Gerry Bolen, dans un communiqué.

La nouvelle a été dévoilée samedi soir, après que Francis Lafrenière eut passé le KO au Mexicain Manuel Garcia (15-13-2) à 64 secondes du septième round dans le principal combat de la soirée présentée à la Tohu par Rixa Promotions. Dans la demi-finale, Roody Pierre-Paul (13-3-1) a enregistré la victoire par décision unanime des juges aux dépens du Mexicain Abraham Gomez (26-14-1), un ancien champion du monde intérimaire WBC Youth en 2012.

Il faut également souligner les victoires du Montréalais Golden Garcia (8-0-0) par décision unanime des juges, du Lavallois Dwayne Durel (6-0-0) à 31 secondes du deuxième round, du poids lourd Joël Thériault (2-0-0) par décision unanime, de Jordan Balmir (3-0-0) de Drummondville par TKO à 41 secondes du quatrième round sur Roody Rene (1-5-1) d’Ottawa, puis celle du Lavallois Whitney Baille (4-0-0) par KO après 52 secondes de combat.

Le crochet de gauche – l’actu en bref

- L’ancien champion du monde IBF des poids moyens, David Lemieux (36-3-0), fera face à Curtis «The Cerebral Assassin» Stevens (29-5-0) le samedi 11 mars prochain au Casino Turning Stone de Verona, dans l’état de New York. Les deux pugilistes ont fait leur premier face-à-face lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Montréal. « Je suis très excité que ce combat ait enfin lieu. Nous avons de beaux projets pour 2017 et Stevens est la première étape. Je vais m’assurer de bien m’occuper de lui le 11 mars », a dit David Lemieux. Curtis Stevens est d’avis qu’il s’agira sans aucun doute d’un combat excitant pour les fans. « David donnera tout ce qu’il a dans le ventre et moi aussi. Ce sera une guerre où aucun des deux ne cèdera un pouce dans le ring. »

- Le Cubain Sullivan Barrera (18-1-0) a accepté d’affronter le Montréalais d’adoption Artur Beterbiev (11-0-0) afin de déterminer un aspirant obligatoire au champion des mi-lourds, l’Américain Andre Ward (31-0-0). « Je tiens à remercier Sullivan d’avoir eu le dernier mot dans les négociations. Il s’est tenu debout comme un vrai combattant (…) L’affrontement est prévu pour le 4 mars 2017 à New York », a indiqué Artur Beterbiev sur les médias sociaux. C’est effectivement à l’entêtement de Sullivan Barrera que les amateurs doivent la tenue de ce combat, alors que le promoteur Yvon Michel avait dû confirmer plus tôt l’échec des négociations entre Main Events et lui. « I want fight @ABeterbiev I tell my team also @IBFUSBAboxing I want this combat », a effectivement écrit Sullivan Barrera sur son compte Twitter une fois l’échec annoncé. Avant Sullivan Barrera, quatre boxeurs invités par l’IBF avaient refusé d’affronter Artur Beterbiev, dont Sean Monaghan (28-0-0) et le Russe Sergey Kovalev (30-1-1). Sullivan Barrera est classé 7e aspirant mondial à l’IBF, tandis qu’Artur Beterbiev occupe le second rang du classement. Il a passé le KO à Vyacheslav Shabranskyy (17-1-0) en décembre dernier pour s’emparer du titre WBC United States chez les mi-lourds. Il a notamment stoppé Karo Murat et Jeff Lacy avant la limite. Sa seule défaite a été enregistrée aux mains d’Andre Ward, en mars 2016. Pour sa part, Artur Beterbiev a enregistré ses 11 victoires avant la limite. Sa fiche montre notamment des gains contre les anciens champions du monde Gabriel Campillo et Tavouris Cloud.

- C’est ce samedi 28 janvier au Centre Bell que le Montréalais Steven Butler (18-0-1) et l’aspirant #5 mondial de la WBA, l’Ontarien Brandon Cook (17-0-0), se feront face dans un combat d’unification des titres WBA et IBF nord-américains. Dans le principal combat de soutien, l’Olympien Simon Kean (7-0-0) affrontera l’Américain Avery Gibson (8-5-4) chez les poids lourds. En sous-carte, le Sorelois David Théroux (11-2-0) affrontera le mexicain Francisco Javier Perez (16-8-1). Yves Ulysse Junior (11-0-0) fera face à Jose Emilio Perea (24-7-0). Mathieu Germain (7-0-0) affrontera le mexicain Juan Armando Garcia (19-5-2). Le Kazakh super-léger Batyr Jukembayev (7-0-0) fera face au mexicain David Rangel (12-4-0). Son compatriote Ablaikhan Khussainov (4-0-0) sera opposé au mexicain Oscar Mejia (8-1-1). Quant à l’Ontarien Josh O’Reilly (7-1-0), il fera face à Attila Csereklye (6-5-0) de la Hongrie.

- Changement de programme pour le poids lourd roumain invaincu Bogdan Dinu (16-0-0). Il combattra le Français Raphael Tronche (8-0-0) pour le titre IBF Inter-Continental le 29 janvier prochain au Venetian Resort de Macao. Dinu, qui a disputé plusieurs combats au Québec entre 2012 et 2015 sous les couleurs d’InterBox, devait plutôt disputer un combat en Suède contre Adrian Granat (14-0-0) pour le titre IBF International. Raphael Tronche s’est emparé du titre WBC Méditerranéen en octobre.

La chronique « Au fil des rounds » rédigée par Richard Cloutier est publiée chaque semaine via les publications de la division Communautés locales de TC Media. À noter toutefois que la version « La boxe au fil de la semaine » publiée sur le site http://www.monsieurboxerichardcloutier.com présente un contenu distinct et augmenté. Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).
29/01/17 - Montréal.         

Francis Lafrenière s'impose sur Manuel Garcia

Le champion IBF International des poids moyen Francis Lafrenière (14-5-2) a stoppé par KO le Mexicain Manuel Garcia (15-13-2) à 64 secondes du septième round. Les deux hommes étaient impliqués dans le principal combat du gala présenté le 21 janvier par Rixa Promotions à la Tohu à Montréal. Le duel a été ponctué de longs échanges. À la fin du sixième round, Garcia a fait une première chute. Le septième round s’est amorcé sous une pluie de coups pour Garcia qui est retourné tapis à deux reprises, forçant l’arbitre à mette un terme à l’affrontement. À l’issue du combat, le promoteur Yvon Michel a confirmé que Francis Lafrenière allait défendre sa couronne IBF International contre l’américain Marcus Willis (17-4-2) le 24 février au Centre Vidéotron à Québec, en sous-carte du gala qui opposera Lucian Bute (32-3-1) à Eleider Alvarez (21-0-0). Les deux hommes tenteront également de s’emparer du titre NABO, dont le titulaire était jusqu’ici David Lemieux.

Le poids léger gaucher Roody Pierre-Paul (13-3-1) a bien amorcé l’année 2017 en enregistrant la victoire par décision unanime des juges aux dépens du Mexicain Abraham Gomez (26-14-1), un ancien champion du monde intérimaire WBC Youth en 2012. Roody Pierre-Paul a pour sa part été champion WBC Continental Americas en 2014. Le Montréalais Golden Garcia (8-0-0) a eu le meilleur sur Maximino Toala (11-5-0) du Mexique, enregistrant la victoire par décision unanime des juges. Le Lavallois Dwayne Durel (6-0-0) a mis un terme au duel tôt au deuxième round, stoppant Isidro Toala (9-5-1) d’un coup au corps à 31 secondes. Le poids lourd Joël Thériault (2-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges fera face à Jose Vazquez (5-4-0), du Mexique, au terme d’un duel fort intéressant. Au fil du combat, Thériault a fort bien utilisé sa portée, n’a pas hésité à mélanger, s’est montré plutôt précis et a fait preuve de patience pour toucher son adversaire dans les ouvertures. Il devra toutefois mieux gérer ses énergies, car il était visiblement épuisé tout au long du quatrième round. Soutenu par un bruyant contingent d’amateurs venu l’encourager, Jordan Balmir (3-0-0) de Drummondville l’a emporté par TKO à 41 secondes du quatrième round sur Roody Rene (1-5-1) d’Ottawa, au terme d’un duel qui prenait parfois l’allure d’un combat de lutte. En levée de rideau, le Lavallois Whitney Baille (4-0-0) a stoppé Arturo Garcia Lujano (7-8-0) du Mexique dès le premier round. La victoire a été inscrite par KO après 52 secondes de combat.


22/01/17 - Montréal.         

La boxe au fil de la semaine #132 – l’actualité vue par Richard Cloutier

Billet 132, semaine du 16 janvier 2017

Les pourparlers progressent en vue d’un combat entre le champion du monde WBC des mi-lourds, Adonis Stevenson (28-1-0) et Joe Smith Jr (23-1-0), le 29 avril au Nassau Veterans Memorial Coliseum de Long Island, lors du premier gala de boxe prévu à la suite de la réouverture de l’amphithéâtre. Les deux promoteurs impliqués, soit Yvon Michel (GYM) et Joe DeGuardia de Star Boxing, ne cachent pas avoir eu de fructueuses discussions. « C’est une excellente occasion pour Joe Smith Jr de se battre pour un titre mondial et nous sommes prêts à aller chez lui pour tenir ce combat. Les premières discussions que j’ai eues avec le clan de Joe me rendent très optimiste sur les chances de voir ce combat se réaliser », a indiqué Yvon Michel à RingTV.com.

Pour sa part, Joe DeGuardia a souligné à RingTV.com qu’aucun accord n’avait encore été conclu et qu’il discutait toujours avec différents promoteurs, mais a ajouté que les chances d’impliquer Smith Jr dans un combat pour le titre mondial WBC face à Stevenson étaient très grandes. Selon DeGuardia, « Yvon Michel a dit qu’il allait parler à Al Haymon de PBC, le conseiller d’Adonis Stevenson, afin d’intéresser Showtime à télédiffuser le combat ». Étant donné qu’aucun télédiffuseur ne s’est montré intéressé à télédiffuser le gala jusqu’ici, cette perspective se révèle sans doute un argument de poids dans la discussion.

« La tenue d’un combat entre Stevenson et Joe Smith Jr serait une façon magnifique d’ouvrir le Nassau Coliseum de Long Island, avec un gars de la place qui vient d’obtenir deux victoires sensationnelles par knockout et qui se battrait devant son public pour un titre mondial », a analysé Joe DeGuardia. Dans le cas où la tenue de ce combat ne pourrait se réaliser, on évoque la possibilité d’opposer Smith Jr à Sean Monaghan (28-0-0), un rival local issu de Long Beach dans l’État de New York. Il est l’actuel champion NABO et WBC Continental des Amériques chez les mi-lourds. Plus tôt cette semaine, Monaghan a refusé l’invitation de l’IBF d’affronter Artur Beterbiev (11-0-0) dans le cadre d’un combat éliminatoire visant à déterminer l’aspirant au titre mondial de la division. Le champion en titre est Andre Ward.

Interrogé sur l’obligation décrétée par le WBC pour Adonis Stevenson d’affronter le 29 avril le gagnant du duel qui opposera Lucian Bute (32-3-1) à Eleider Alvarez (21-0-0) le 24 février à Québec, Yvon Michel a dit croire que le WBC reconsidérerait ses plans en raison de l’importance d’un combat entre Stevenson et Smith Jr. « C’est quelque chose dont nous devrons nous occuper et nous ne pourrons pas simplement renoncer à cette obligation, a dit Michel. Je crois toutefois que le WBC supportera notre démarche si nous parvenons à conclure un accord avec le gagnant du duel Alvarez-Bute. Je ne crois pas que ce soit impossible, car l’aspirant obligatoire sera conscient qu’un affrontement entre le gagnant d’un combat opposant Stevenson à Smith Jr sera plus populaire ». Il faut noter qu’aussi bien Eleider Alvarez, que Lucian Bute, sont sous contrat de promotion avec GYM.

Quoiqu’il en soit, Eleider Alvarez et Lucian Bute devront peut-être s’armer de patience s’ils veulent éventuellement affronter Adonis Stevenson. Samedi soir à Brooklyn, le champion du monde WBC chez les super-moyens, Badou Jack (20-1-3), a affirmé son intention de grimper chez les mi-lourds après avoir récolté un verdict nul majoritaire face à James DeGale (23-1-1). Son promoteur, Floyd Mayweather Jr, a indiqué qu’il verrait « bien un affrontement entre Badou Jack et Adonis Stevenson ». Le mois de juin pour la tenue d’un tel combat a même été évoqué. Le promoteur Yvon Michel n’a pas manqué de relayer l’information, s’abstenant toutefois d’émettre le moindre commentaire.

Le crochet de gauche – l’actu en bref

- Puisqu’il est question d’Artur Beterbiev (11-0-0), le Montréalais d’adoption serait toujours en attente de savoir qui il affrontera dans le cadre d’un futur combat éliminatoire du titre mondial IBF des poids mi-lourds. Au moment de mettre en ligne, Beterbiev attendait la décision de l’Allemand Enrico Koelling (22-1-0). Toutefois, étant donné que celui-ci est déjà censé affronter Ryno Liebenberg (17-4-0) le 4 février, il serait surprenant qu’il ait acquiescé à l’invitation de l’IBF. D’autant plus qu’il avait jusqu’au 13 janvier pour signifier son intérêt et que l’organisme de sanction n’a toujours pas confirmé d’opposant. Il est donc davantage probable que ce soit le Cubain Sullivan Barrera (18-1-0), 7e aspirant, qui soit présentement à soupeser l’invitation. « Je crois que Sullivan Barrera est susceptible d’accepter l’offre pour deux raisons. Tout d’abord, il a déjà tweeté son souhait de me combattre l’automne dernier et deuxièmement, il est plus que probable que ce combat se tienne aux États-Unis », a pour sa part analysé Artur Beterbiev, via les médias sociaux, ce week-end. Rappelons qu’Artur Beterbiev, 2e au classement mondial IBF, a accepté d’affronter n’importe quel aspirant disponible pour se mériter la position d’aspirant obligatoire au titre mondial. Le Russe Sergey Kovalev (30-1-1), le Suédois Erik Skoglund (26-0-0), l’Américain Sean Monaghan (28-0-0) respectivement #3, #4 et #5 au classement de l’IBF, ont précédemment refusé l’invitation.

- La firme Eye of the Tiger Management (EOTTM) a dévoilé cette semaine la sous-carte du gala qu’elle présentera le 28 janvier au Centre Bell, en collaboration avec United Boxing Promotions et Evenko. Le Sorelois David Théroux (11-2-0) affrontera le mexicain Francisco Javier Perez (16-8-1), qui avait envoyé Yves Ulysse Junior au tapis à Blainville en septembre dernier. Yves Ulysse Junior (11-0-0) aura pour sa part l’opportunité de venger David Théroux de sa défaite subie au Centre Bell alors qu’il fera face à Jose Emilio Perea (24-7-0). Mathieu Germain (7-0-0) affrontera le mexicain Juan Armando Garcia (19-5-2). Pour sa part, le Kazakh super-léger Batyr Jukembayev (7-0-0) fera face au mexicain David Rangel (12-4-0), qui s’est battu en championnat du monde WBC Junior ainsi que pour le titre Fecombox de la WBC. Son compatriote Ablaikhan Khussainov (4-0-0) sera opposé au mexicain Oscar Mejia (8-1-1). Quant à l’Ontarien Josh O’Reilly (7-1-0), il fera face à Attila Csereklye (6-5-0) de la Hongrie. « Notre priorité a toujours été de présenter des combats de qualité aux amateurs de boxe. Des combats de qualité, ça veut dire donner un bon spectacle, mais ça veut aussi dire pour nous de donner des adversaires coriaces à nos boxeurs afin qu’ils gagnent en expérience et qu’ils suivent une courbe d’apprentissage ascendante », a indiqué le président d’EOTTM, Camille Estephan. À noter que la firme de promotion impliquera aussi dans ce gala un nouveau boxeur récemment mis sous contrat et dont l’identité sera révélé sous peu. Le principal duel de la soirée sera un combat d’unification des titres WBA et IBF nord-américains entre le Montréalais Steven Butler (18-0-1) et l’aspirant #5 mondial de la WBA, l’Ontarien Brandon Cook (17-0-0). Dans le principal combat de soutien, l’Olympien Simon Kean (7-0-0) fera face à son plus grand défi en carrière alors qu’il affrontera l’Américain Avery Gibson (8-5-4) chez les poids lourds.

- Le Montréalais d’origine roumaine Jojo Dan (35-4-0) renouera avec l’action en mars prochain. « Je serai de retour au gymnase des frères Grant ce lundi en prévision de mon prochain duel, en mars », a-t-il écrit sur les réseaux sociaux. En mars 2015, Jojo Dan s’est incliné en Angleterre lors d’un combat de championnat du monde IBF devant Kell Brook (36-1-0), le titulaire de la couronne. Depuis, il a inscrit une victoire et une défaite, la dernière en novembre dernier aux mains de l’espoir Jarrett Hurd (19-0-0), à Philadelphie.

- Changement d’adversaire pour le champion IBF International Francis Lafrenière (13-5-2). Le 21 janvier lors du gala présenté par Rixa Promotions à la Tohu de Montréal, Lafrenière fera face à Manuel Garcia (15-12-2), du Mexique.

- Le Groupe Yvon Michel (GYM) présentera un combat de MMA impliquant le Lavallois Yoni Sherbatov le 9 février au Cabaret du Casino de Montréal. En 2016, Sherbatov a disputé deux combats de boxe au Casino. Marie-Ève Dicaire (6-0-0) sera pour sa part impliquée dans son premier combat de 8 rounds, tout comme le champion canadien Shakeel Phinn (11-1-0), de Brossard. Boxingtown Québec aurait appris en exclusivité qu’un combat à saveur locale opposera Patrice Volny (4-0-0) à Louisbert Altidor (5-0-0). À noter toutefois que GYM n’a pas confirmé la nouvelle et le combat ne figure pas encore sur le site Boxrec.com. De même, le Floridien d’origine roumaine Bruno Bredicean (6-0-0), un protégé de Lucian Bute, sera également en action, tout comme le nouveau protégé de GYM, l’Olympien français Christian M’Billi Assomo qui fera ses débuts professionnels.

- L’aspirant mondial de Cornwall, Tony Luis (22-3-0), affrontera le Chilien Oscar Bravo (22-6-0) lors du principal combat d’un gala présenté le 11 février prochain au Renaissance Palm Springs Hotel, de Palm Springs, en Californie. Le poids léger ontarien livrera alors un premier duel sous les couleurs de la firme Caifornienne Liveco Boxing, le nouveau promoteur avec lequel il a conclu une entente en décembre dernier. Lors de son plus récent combat, disputé le 19 novembre dernier au Hershey Centre de Mississauga, en Ontario, Tony Luis a défait le Mexicain Christian Uruzquieta (14-3-1) par décision unanime des juges. En 2015, il a perdu une décision unanime des juges aux mains de Derry Mathews, en Angleterre, dans le cadre d’un combat de championnat du monde intérimaire WBA. Il a jusqu’ici détenu la couronne WBC Continental des Amériques dans la division des poids super-légers et légers, respectivement en 2011 et 2015.

- Le Montréalais Flavio Michel a défait l’Albertain Brian Samuel (3-2-0) par décision unanime des juges lors d’un gala présenté le 13 janvier à l’Hotel Howard Johnson d’Edmonton.

- Le promoteur albertain Teofista Boxing sera coprésentateur d’un événement au Mexique le 28 janvier prochain. Le poids moyen de Calgary Devon Reti (6-0-0), Stuart McLellan (17-2-3) de la Colombie-Britannique, le poids léger d’origine britannique Alex Dilmaghani (12-1-0) qui a combattu au Casino de Montréal en décembre dernier, de même que le résident de Calgary Jason Park, qui effectuera ses débuts professionnels, figurent notamment sur la carte.

La chronique « Au fil des rounds » rédigée par Richard Cloutier est publiée chaque semaine via les publications de la division Communautés locales de TC Media. À noter toutefois que la version « La boxe au fil de la semaine » publiée sur le site http://www.monsieurboxerichardcloutier.com présente un contenu distinct et augmenté. Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).
16/01/17 - Montréal.         

Et pourquoi pas un tournoi Super Six chez les mi-lourds ?

Article de Martin Fournier, collaboration spéciale

Avec l’éventuelle retraite du triple champion du monde des mi-lourds, Andre Ward, qui a évoqué récemment cette perspective, l’occasion pourrait s’avérer intéressante d’organiser un tournoi opposant les six meilleurs boxeurs de cette catégorie de poids. D’autant plus que la division regroupe d’excellents boxeurs proviennent du Québec.
À l’instar du tournoi Super 6 qui avait eu lieu chez les super-moyens il y a quelques années, et qui s’était tenu grâce à la collaboration exceptionnelle des quatre organisations internationales de boxe, des promoteurs et des réseaux de télévision, dans la perspective oû les mêmes conditions seraient réunies, qui pourrait donc composer le groupe des six chez les mi-lourds en 2017? Voici donc mon super 6.

(Photo : gracieuseté Robert Lévesque).

Un grand tournoi avec de grands boxeurs

Commençons par l’actuel champion de la WBC, Adonis Stevenson. Depuis sa victoire sur Chad Dawson en juin 2013, force est de constater que son règne n’a pas été des plus spectaculaires au chapitre de l’adversité. Plusieurs amateurs déplorent le fait qu’il n’a pas affronté les meilleurs boxeurs disponibles, par exemple l’ancien champion IBF, WBA et WBO des mi-lourds, Sergey Kovalev. Ses défenses contre Travoris Cloud, alors en fin de carrière, Dmitry Sukhotskiy, Sakio Bika et Tommy Karpency, notamment, ont laissé bien des fans sur leur appétit.

Ce tournoi pourrait être une occasion unique pour Stevenson d’affronter les meilleurs et de prouver sa juste valeur à l’échelle internationale. À 40 ans, en septembre 2017, il ne peut attendre trop longtemps. À ne pas en douter, depuis qu’il est champion, Stevenson s’est beaucoup amélioré et il possède une arme dévastatrice, son puissant crochet, qui peut arrêter n’importe quel opposant à n’importe quel moment dans un combat.

Évidemment, le russe Sergey Kovalev, âgé de 33 ans qui a perdu ses trois titres dans une décision très discutable en novembre dernier, n’a plus besoin de présentation. Il est toujours l’un des meilleurs boxeurs livre pour livre de la planète, avec 30 victoires en 32 combats, dont 26 KOs. La perspective d’un combat entre lui et Stevenson, deux cogneurs puissants, ou encore entre Kovalev et Beterbiev, dont la rivalité remonte aux rangs amateurs alors que Beterbiev avait battu le krusher, rend la tenue d’un tel tournoi très intéressant.

Puisqu’il est question d’Artur Beterbiev, rappelons que le québécois d’adoption d’origine tchétchène, âgé de 31 ans, champion WBA-NABA des mi-lourds et 2e aspirant IBF, a terrassé tous ses adversaires depuis ses débuts professionnels en 2013, cumulant 11 KOs en 11 combats, dont deux victoires spectaculaires contre deux anciens champions du monde, Tavoris Cloud et Gabriel Campillo. Beterbiev a été champion du monde chez les amateurs en 2009. Chez les professionnels, il est tout simplement un champion du monde en attente, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il soit couronné et ce tournoi serait l’occasion idéale.

Oleksandr Gvozdyk, un ukrainien d’origine âgé de 29 ans et champion NABF des mi-lourds, est en pleine ascension. Il compte notamment une victoire convaincante par TKO en novembre dernier face à Isaac Chilemba par arrêt de l’arbitre au 8e round en sous-carte du duel Kovalev-Ward. Sa fiche est de 12 victoires en autant de combats dont 10 par KO, pour un pourcentage de KO de 82%. Avant sa victoire contre Chilemba, il a vaincu un ancien adversaire de Stevenson, Tommy Karpency par TKO au 6e round en juillet 2016, et en avril 2016, il a disposé du français Nadjib Mohammedi par KO au 2e round. Rappelons que celui s’était incliné devant Kovalev par KO au 3e round en 2015. En 2012, aux jeux olympiques de Londres, Oleksandr Gvozdyk a remporté la médaille de bronze dans la division des mi-lourds.

Joe Smith jr, à la suite de ses deux éclatantes victoires acquises en 2016, d’abord contre Andrzej Fonfara par TKO au premier round, puis contre le légendaire Bernard Hopkins par KO au 8e round, sa seule défaite par KO en carrière, doit nécessairement être considéré pour ce tournoi. Le champion WBC international des mi-lourds, âgé de 27 ans, a une fiche de 23 victoires en 24 combats, avec 19 KOs pour un pourcentage de 79% pour 81 rounds disputés en carrière. Sa puissance ne fait aucun doute. Il a remporté ses dix-sept derniers duels.

Eleider Alvarez, aspirant obligatoire au titre WBC de Stevenson et détenteur de la ceinture silver WBC depuis octobre 2014 à la suite de sa victoire contre Ryno Liebenberg à Monaco, lors de l’une de ses plus belles prestations en carrière à mon avis. Il est invaincu avec une fiche de 21 victoires en autant de combats dont 10 par KOs. Il est un excellent technicien, bien qu’il ne soit pas très spectaculaire, un obstacle pour les réseaux de télévision. Toutefois, sa fiche et sa position dans les classements internationaux lui assurent de facto une place parmi les six. Évidemment, une défaite contre Lucian Bute le 24 février prochain changerait la donne pour le colombien d’origine âgé de 32 ans.

Autres boxeurs à considérer

Outre ces six boxeurs, dont trois évoluent au Québec et sont liés au Groupe Yvon Michel (GYM), d’autres boxeurs pourraient être considérés pour un cet hypothétique tournoi.

En premier lieu, Jean Pascal. Bien qu’il ait connu une séquence plus difficile en 2015 et 2016 avec deux défaites face à Sergey Kovalev, et que ses meilleures performances appartiennent sans doute au passé, il a tout de même été pendant quelques années l’un des meilleurs mi-lourds au monde, ce qui lui a notamment valu son titre de champion WBC et The ring des mi-lourds de 2009 à 2011. Toutefois, à 34 ans, Jean Pascal a livré de dures batailles au cours des récentes années, ce qui pourrait rendre difficile de le considérer parmi les six meilleurs mi-lourds, bien qu’il pourrait à mon avis prendre la sixième position occupée par Alvarez, compte tenu du fait que Jean Pascal n’a jamais reculé devant aucun défi et il a toujours donné un bon spectacle sur un ring et aussi pour les réseaux de télévision.

Nathan Cleverly, un britannique âgé de 29 ans, est champion régulier WBA des mi-lourds depuis sa victoire contre l’allemand Juergen Braehmer en octobre dernier. Il a 30 victoires à son actif en 33 combats. Il fut aussi champion du monde WBO des mi-lourds de 2011 à 2013, mais a perdu son titre contre Sergey Kovalev en août 2013 par TKO au 4e round.

Andrzej Fonfara, ce polonais d’origine de 29 ans qui avait livré une très bonne performance face à Adonis Stevenson en mai 2014, possède un dossier de 28 victoires en 32 combats dont 16 par KOs. Il a perdu son titre WBC international des mi-lourds contre Joe Smith jr en juin dernier à Chicago lors d’une défaite enregistrée par TKO au 1er round. Au cours de sa carrière, il a tout de même battu d’anciens champions du monde comme Nathan Cleverly, Julio Cesar Chavez jr, Gabriel Campillo, Glen Johnson et Byron Mitchell.

Le jeune suédois, Erik Skoglund, âgé de 25 ans, possède une fiche de 26 victoires en autant de combats dont 12 victoires par KOs. Il est le champion actuel de la WBA international des mi-lourds.

Sullivan Barrera, ce cubain âgé de 34 ans, a une seule défaite en carrière et elle est survenue contre le triple champion du monde actuel des mi-lourds, Andre Ward. Sa fiche est de 18 victoires dont 13 obtenues par KOs. Son pourcentage de KO est de 68%.

Pour ce qui est de Lucian Bute, bien qu’il se battra pour le titre d’aspirant obligatoire à la couronne de Stevenson en février prochain contre Eleider Alvarez, je le considère comme un super-moyen où il a évolué pour l’ensemble de sa carrière notamment en ayant été champion du monde IBF de 2007 à 2012.

Un article publié précédemment via www.monsieurboxerichardcloutier.com
14/01/17 - Montréal (Martin FOURNIER).         

La boxe au fil de la semaine #131 – l’actualité vue par Richard Cloutier

Billet 131, semaine du 9 janvier 2017

Adonis Stevenson se dirige-t-il vers un duel contre Joe Smith Jr ? « S’il veut se battre, je suis prêt. Il s’agit d’un bon boxeur, il a battu Hopkins », a lancé Adonis Stevenson lors d’un entretien avec BoxingScene.com.

(Photo : gracieuseté Robert Lévesque).

Joe Smith Jr (23-1-0), un col bleu natif de Long Island, a fait sa marque en quelque mois en passant d’abord le KO à Andrzej Fonfara au premier round, puis à Bernard Hopkins lors de son récent combat d’adieu. Via les réseaux sociaux il y a quelques jours, il a invité Adonis Stevenson à venir l’affronter le 29 avril au Nassau Veterans Memorial Coliseum de Long Island, lors du premier gala de boxe prévu à la suite de la réouverture de l’amphithéâtre prévu le 5 avril après sa rénovation. Selon Brett Yormark, le CEO de Brooklyn Sports & Entertainment, le gestionnaire de l’endroit, Joe Smith Jr pourrait assurer la tête d’affiche de ce gala.

« Je pourrais aller me battre à New York. Je n'ai aucun problème à aller à New York », a indiqué Stevenson. Le champion du monde WBC des mi-lourds n’a disputé qu’un seul combat en 2016, passant le KO en quatre rounds à l’Américain Thomas Williams jr en juillet à Québec, et il cherche activement des adversaires de premier plan. Après avoir échoué à se retrouver sur le même ring que Sergey Kovalev, tout laisse croire qu’il n’aura pas davantage l’occasion de faire face à Andre Ward.

Pour sa part, le promoteur de Stevenson, Yvon Michel, aimerait voir son protégé combattre trois fois au cours de l’année 2017. « Le premier combat est prévu à la fin du mois d'avril, puis Adonis pourrait ensuite peut-être combattre en juin puis en septembre, mais nous ne sommes pas trop sûrs ... Nous allons faire un combat à la fois », a-t-il dit à BoxingScene.com. S’il voit d’un bon œil un éventuel affrontement entre Adonis Stevenson et Joe Smith Jr, il rappelle qu’il est déjà prévu que le champion WBC soit confronté au gagnant du duel qui opposera Lucian Bute à Eleider Alvarez le 24 février à Québec.

Le crochet de gauche – l’actu en bref

- La période des fêtes a été riche en rebondissements. D’abord, Jean Pascal (31-4-1) est devenu « agent libre » quelques jours avant Noël après que son promoteur InterBox et lui aient convenu de mettre un terme à leur entente, bien que deux combats figuraient encore au contrat. Jean Pascal a renoué avec l’action à la mi-décembre lors d’un événement présenté à Trois-Rivières, après onze mois d’inactivité faisant suite à sa défaite en début d’année aux mains du Russe Sergey Kovalev, qui était alors triple champion du monde. Dès sa séparation d’avec InterBox, Jean Pascal a souligné son intention de disputer de nouveaux combats significatifs. Il a notamment engagé la communication sur les médias sociaux avec Sullivan Barrera, avant de se tourner vers Sean Monaghan (28-0-0), un boxeur de Long Beach dans l’État de New York, actuel champion NABO et WBC Continental des Amériques chez les mi-lourds. « We have a fight! @SeanieMono accepted to fight », a éventuellement écrit Jean Pascal sur Twitter. Si beaucoup de détails sont à régler avant de revoir Jean Pascal de nouveau en action, il reste que celui-ci saura sans doute pimenter l’industrie locale au cours des prochains mois.

- Puis, le 23 décembre au Casino du Lac Leamy, à Gatineau, le champion NABA chez les mi-lourds Artur Beterbiev (11-0-0), de Montréal, a littéralement détruit le champion WBO Latino Isidro Ranoni Prieto (26-2-3) en forçant l’arbitre à stopper l’affrontement à 2:44 du premier round. Son prochain combat devrait se dérouler aux États-Unis, en février, selon le promoteur Yvon Michel. Il devrait s’agir d’un combat éliminatoire pour le titre mondial IBF. Yvon Michel est convaincu de voir son protégé être impliqué dans un combat de championnat du monde en 2017.

- À première vue, nos boxeurs locaux seront forts occupés en 2017. Déjà le 21 janvier lors du gala présenté par Rixa Promotions à la Tohu de Montréal, le champion IBF International Francis Lafrenière (13-5-2) fera face à Nestor Fernando Garcia (22-12-0). La demi-finale sera assurée par Roody Pierre-Paul (12-3-1), un gaucher résident de Terrebonne qui a été champion WBC Continental Americas chez les légers. Il affrontera le Mexicain Abraham Gomez (26-13-1), un ancien champion du monde intérimaire WBC Youth en 2012. Pour sa part, l’espoir Chann Thonson (1-0-0), de Brossard, se mesurera au Lavallois Whitney Baille (3-0-0). Quant au poids lourd Joël Thériault (1-0-0), il fera face à Jose Vazquez (4-3-0), du Mexique. De même, le Montréalais Golden Garcia (7-0-0) affrontera le Mexicain Maximino Toala (11-4-0), le Lavallois Dwayne Durel (5-0-0) sera opposé à Isidro Toala (11-4-1), et Jordan Balmir (2-0-0) de Drummondville affrontera Roody Rene (1-4-1) d’Ottawa. Finalement chez les moyens, Jean Michel Bolivar effectuera ses débuts professionnels face au Lavallois Daniel Petion (0-0-1).

- Concernant Francis Lafrenière, celui-ci devrait ensuite se battre le 24 février au Centre Vidéotron de Québec, en sous-carte du duel qui opposera l’ex-champion du monde IBF des super-moyens Lucian Bute (32-3-1) à Eleider Alvarez (21-0-0), qui défendra alors son titre WBC d’Argent et sa position d’aspirant obligatoire WBC des mi-lourds. Lors de ce gala, l’Olympien canadien des Jeux de Londres Custio Clayton (10-0-0), de Montréal, devrait combattre pour le titre vacant NABA des mi-moyens. Ce sera aussi le cas pour le poids lourd local Éric Martel-Bahoeli (11-6-1), le boxeur de Baie-Saint-Paul Sébastien Bouchard (14-1-0), et probablement pour le poids lourd de Montréal, Oscar Rivas (20-0-0).

- Autre événement d’intérêt, le 28 janvier prochain au Centre Bell, le Montréalais Steven Butler (18-0-1) défendra son titre IBF nord-américain face au champion WBA nord-américain, l'ontarien Brandon Cook (17-0-0) qui mettra également son titre en jeu. En sous-carte, le Montréalais Yves Ulysse Jr (11-0-0) fera face au Mexicain Jose Emilio Perea (24-7-0), un ancien champion WBC Fecarbox qui a défait David Théroux en octobre dernier. De même, le poids lourd trifluvien Simon Kean (7-0-0) affrontera l’Américain Avery Gibson (8-5-4). Mathieu Germain (8-0-0), David Théroux (11-2-0), Ayaz Hussein (11-1-0), Batyrzhan Jukembayev (7-0-0-), Ablaikhan Khussainov (4-0-0), et l’Ontarien Josh O'Reilly (7-0-0) seront aussi en action.

- Le Groupe Yvon Michel (GYM) a conclu une entente de promotion avec l’Olympien français Christian M’Billi Assomo, qui fera sans doute ses débuts professionnels le 9 février au Cabaret du Casino de Montréal. Âgé de 21 ans, il est natif de Yaoundé au Cameroun et s’est installé en France à l’âge de sept ans. Militaire de profession, M’Billi-Assomo a été membre de l’armée de terre française. Sur le ring, il a notamment remporté des médailles d’or au Championnat d’Europe junior en 2013, au Championnat de l’Union Européenne en 2014 et au tournoi de qualification olympique européen, en plus de maintenir une fiche invaincue (4-0) en World Series of Boxing (WSB). Aux Jeux olympiques de Rio, M’Billi-Assomo a enregistré deux gains avant de perdre contre l’éventuel médaillé d’or, le Cubain Arlen Lopez.

- Concernant le gala du 9 février au Cabaret du Casino de Montréal, outre Christian M’Billi Assomo, les amateurs verront à l’œuvre Marie-Ève Dicaire (6-0-0), de même que le champion canadien Shakeel Phinn (11-1-0), Patrice Volny (4-0-0) et Bruno Bredicean (6-0-0).

- Pour sa part, le boxeur de Québec David Whittom (12-23-1) affrontera Rob Nichols (11-3-1) le 18 février prochain à Calgary, dans un duel comptant pour la couronne canadienne des lourds-légers. Il s’agira d’un second affrontement entre les deux hommes. En 2005, Nichols avait remporté un premier duel par décision partagée. Au fil de sa carrière, David Whittom s’est mesuré à différents rivaux de renoms, dont Joe Spina, Manny Siaca, Ismayl Sillakh, Lateef Kayode, Hughie Fury, Adrian Diaconnu, Adonis Stevenson et Eleider Alvarez.

La chronique « Au fil des rounds » rédigée par Richard Cloutier est publiée chaque semaine via les publications de la division Communautés locales de TC Media. À noter toutefois que la version « La boxe au fil de la semaine » publiée sur le site http://www.monsieurboxerichardcloutier.com présente un contenu distinct et augmenté. Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).
08/01/17 - Montréal.         

Articles québecois

Gala InterBox à Blainville - l  
25/09/16 - R. Cloutier
  

Gala Rixa Promotions à la Tohu  
04/09/16 - R. Cloutier
  

L’INVASION BRITANNIQUE DES CH  
18/08/16 - M. Fournier
  

Adonis Stevenson vs Thomas Wil  
30/07/16 - R. Cloutier
  

Qui est Thomas Williams Jr, le  
26/07/16 - M. Fournier
  

Gala FightClub au Metropolis -  
14/05/16 - R. Cloutier
  

CHOC LUCIAN BUTE - BADOU JACK   
27/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
10/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
03/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
27/03/16 - R. Cloutier
  

Derniers combats

Résultats GALA GMG Hall La Préalle (Bel) 14/10/17  
18/10/17 - C.
  

Gala BC Flandria à Middelkerke( Bel)  
15/10/17 - C.
  

Yoka – Rice : La route est longue…  
15/10/17 - J. Lambert
  

Mimoune sacré champion d' Europe des welters  
07/10/17 - A. Cotiniaux
  

Résultats complets du Gala d'Aalst (Bel) 30/9  
02/10/17 - C.
  

Sanae Jah titrée international WBA en mouches 23/9  
24/09/17 - C.
  

Derniers entretiens

S. Jamoye: ''gagner la revanche contre K. Guerfi''  
11/10/17 - C.
  

Mohamed Mimoune: ''Continuer sur ma lancée''  
01/10/17 - A. Cotiniaux
  

H. Cospolite : ''il me faudra mettre Yengoyan KO''  
23/09/17 - A. Cotiniaux
  

Andrew Francillette prêt à franchir un nouveau pal  
31/08/17 - Y. Cousin
  

A. Goulamirian: Rencontrer Kalenga? C’est possible  
16/07/17 - J. Lambert
  

Cédric Vitu: '' Je vise un championnat du monde''  
10/05/17 - M. Beuville,
  

Derniers articles

Sofiane Oumiha reste amateur, objectif Or en 2020  
19/10/17 - P. Girod
  

H. N'dam pour confirmer, T. Masson en conquête   
15/10/17 - M. Beuville
  

Gala de boxe samedi 21 à Blagnac 6 combats pros  
15/10/17 - A. Cotiniaux
  

La Conquête, Round 2  
01/10/17 - M. Beuville
  

Sanae Jah en vedette à Bruxelles ce 23/9  
21/09/17 - C.
  

Le légendaire Jake LaMotta disparait  
21/09/17 - M. Beuville
  

Les amateurs

Résultats des Belges à Dublin-IRL  
06/07/17 - C.
  

Le Buena Vista Ixelles à Dublin.  
29/06/17 - C.
  

Bilans belge et français des C.E. amateurs 2015  
15/08/15 - C.
  

Délégations Belge et Française amateurs à Samokov   
06/08/15 - C.
  

Bilan belge positif à Chypre  
25/05/15 - C.
  

Razzia française au Boxam de Murcie (Espagne)  
10/05/15 - C.
  

boxe en France
boxe dans le monde
les partenaires
memorabilia
Copyright © NetBoxe.com (1996-2017) - Informations légales - Email : contact@netboxe.com