QUEBEC  |   FORUM  |   PETITES ANNONCES  |   GALERIE PHOTO  |   LEXIQUE  |
  ACCUEIL
  
Les échos du Quebec (par Richard Cloutier)

Les champions du monde colombiens dans l’histoire de la boxe

Par Martin FOURNIER, collaboration spéciale - Ce samedi au Hard Rock Cafe Hotel & Casino d’Atlantic City, Eleider Alvarez, 34 ans, auteur d’une fiche de 23 victoires en autant de combats, disputera son premier combat de championnat de monde en carrière. Il affrontera le détenteur de la couronne WBO des mi-lourds, Sergey «Krusher» Kovalev, 35 ans,. Celui-ci possède une fiche de 32 victoires dont 28 KOs contre 2 revers et un verdict nul. Par conséquent, il pourrait devenir le 32e boxeur d’origine colombienne à être couronné champion du monde de boxe.

Faisons un survol de l’ensemble des champions du monde colombiens au cours de l’histoire moderne de la boxe, toutes divisions de poids confondues. Débutons en ordre décroissant, des plus lourds au plus légers. À noter qu’aucun boxeur colombien n’a été couronné champion du monde dans les divisions de poids suivantes : lourds; lourds-légers; mi-lourds; super mi-moyens; mi-moyens; et super-plumes dans l’histoire de la boxe moderne. Eleider Alvarez serait donc le premier mi-lourd colombien de l’histoire à réussir pareil exploit.

Premier arrêt dans la division des super-moyens. Vous rappelez-vous d’Alejandro Berrio qui s’était battu contre Lucian Bute le 19 octobre 2007 au Centre Bell? Il a perdu son titre par TKO au 11e round contre le roumain d’origine. Il a détenu son titre IBF du 3 mars 2007 au 19 octobre 2007. Il avait remporté le titre vacant IBF à la suite d’une victoire par TKO au 3e round contre l’allemand Robert Stieglitz en Allemagne. Il a maintenu une fiche en carrière de 38 victoires dont 33 KOs contre 8 revers, tous survenus par KO.
Chez les moyens, Rodrigo Valdez, double champion du monde, a défendu son titre WBC avec succès à quatre reprises entre le 25 mai 1974 et le 26 juin 1976. Puis, lors de son deuxième règne du 5 nov. 1977 au 22 avril 1978, il a détenu les couronnes WBC et WBA. En 73 combats en carrière, il a remporté 68 victoires dont 43 KOs contre 8 défaites et 2 verdicts nuls. Il a perdu notamment deux fois contre Carlos Monzon et deux fois contre Hugo Pastor Corro.

Darleys Pérez a été champion WBA des légers du 10 avril 2015 au 21 novembre 2015.

Chez les super-légers, Antonio Cervantes, double champion du monde, fut champion WBA du 28 octobre 1972 au 6 mars 1976. Il a défendu avec succès son titre à dix reprises. Dans son deuxième règne, du 25 juin 1977 au 2 août 1980, il a défendu sa couronne WBA six fois. Au cours de sa carrière, il a cumulé une fiche de 91 victoires dont 45 KOs contre 12 revers et 3 nuls. Rafael Pineda fut champion IBF des super-légers du 7 décembre 1991 au 18 juillet 1992. Il avait remporté le titre vacant contre Roger Mayweather, l’oncle de Floyd. Il a perdu son titre moins d’un an plus tard contre l’excellent Pernell Whitaker. Il a terminé sa carrière avec 38 victoires, dont 31KOs contre 6 revers. Ener Julio est devenu champion WBO le 22 juillet 2000 en disposant de Randall Bailey par décision partagée. Il a été destitué par la WBO en juin 2001 pour être ensuite battu par le nouveau champion Demarcus Corley en janvier 2002. Il a conservé une fiche de 26 victoires dont 19KOs contre 8 revers et 3 nuls. Carlos Maussa a été champion du monde WBA pour seulement cinq mois. Il avait défait Vivian Harris par KO au 7e round en sous-carte du duel Gatti-Mayweather à Atlantic City. Il a perdu son titre le 26 novembre 2005 par KO contre le Britannique Ricky Hatton au 9e round. Sur l’ensemble de sa carrière, il a remporté 20 victoires dont 18 KOs contre 5 défaites. Juan Urango a été double champion du monde IBF. Il avait conquis son premier titre le 30 juin 2006, titre vacant, contre Naoufel Ben Rabeh. Il n’a pu défendre avec succès son titre puisqu’il s’est incliné à son combat suivant contre Ricky Hatton par décision unanime. Le 30 janvier 2009 au Centre Bell, il a disposé d’Herman Ngoudjo pour obtenir son deuxième titre mondial. Il a perdu sa couronne IBF le 6 mars 2010 contre Devon Alexander par TKO au 8e round. En carrière, il a remporté 24 victoires, dont 19 par KOs, 3 revers et une nulle. Ricardo Torres fut champion du monde WBO du 18 novembre 2006 au 5 juillet 2008. Il a perdu son titre contre Kendall Holt par KO au 1er round, ce même Holt qui s’était battu à Montréal en avril 2009 dans un combat d’unification contre Timothy Bradley. Il a conclu sa carrière avec une fiche de 33 victoires, dont 29 par KOs et 2 revers.

Chez les plumes, Ruben Dario Palacios a la particularité d’avoir remporté son titre WBO à son dernier combat en carrière soit le 26 septembre 1992 contre Colin McMillan par TKO au 8e round. Malheureusement, il fut diagnostiqué séropositif ce qui mit fin à sa carrière. Il est décédé en 2003 du SIDA à l’âge de 40 ans. Il a conservé un dossier de 45 victoires dont 19 KOs contre 11 revers et 2 nuls.

Dans la division des super-coqs, Ricardo Cordona a été champion WBA du 7 mai 1978 au 4 mai 1980. Il a défendu son titre avec succès à cinq reprises. Sa fiche en carrière a été de 26 victoires dont 13 KOs contre 10 revers et un match nul. Luis Enrique Mendoza fut aussi champion WBA soit du 11 septembre 1990 au 7 octobre 1991. Il a défendu son titre avec brio à quatre reprises. En 47 combats chez les pros, il a maintenu une fiche de 38 victoires, dont 20 KOs, 7 défaites et 2 nuls. Jhonathan Romero fut couronné champion IBF le 16 février 2013. Son règne fut très court puisqu’il a perdu son titre à son combat suivant contre Kiko Martinez par TKO au 6e round. Il est toujours actif. En carrière, il a remporté 31 victoires, dont 17 KOs et une seule défaite.

Chez les coqs, Jorge Eliecer Julio fut double champion du monde. Lors de son premier règne, du 9 octobre 1992 au 23 octobre 1993, il a défendu avec succès sa couronne WBA des coqs. Le 28 juillet 1997, il est redevenu champion du monde intérim WBO en défaisant Oscar Maldonado par décision partagée. Il défendra son titre à trois reprises jusqu’au 8 janvier 2000. Il est alors défait par Johnny Tapia par décision unanime. En carrière, il a remporté 44 victoires, dont 32 par KOs contre 5 revers. Le règne d’Harold Mestre, champion IBF fut assez bref, soit du 21 janvier au 29 avril 1995. Il a remporté le titre vacant IBF en défaisant Juvenal Berrio par TKO au 8e round. À son combat suivant, il a perdu son titre par KO au 2e round contre Mbulelo Botile. En carrière, il a signé 28 victoires, dont 22 KOs contre 11 revers et un combat nul. Yonnhy Perez fut champion IBF du 31 octobre 2009 au 11 décembre 2010. Il a remporté son titre contre Joseph Agbeko par décision unanime et perdu ce même titre contre ce même adversaire par décision plus d’un an après sa conquête. Son bilan en carrière est de 20 victoires, dont 14 KOs, 2 défaites et une nulle.

Dans la division des super-mouches, Sugar Baby Rojas a été champion WBC du 8 août 1987 au 8 avril 1988. Il a cumulé une fiche en carrière de 37 victoires dont 22 KOs contre 9 défaites. Juan Polo Perez a été champion IBF du 14 octobre 1989 au 21 avril 1990. Assez inusité comme fiche, Perez a remporté autant de victoires que de défaites, 46 victoires contre 46 défaites et 4 nuls en 96 combats. Harold Grey fut double champion du monde IBF. Lors de sa première conquête, le 29 août 1994, il remportait son titre contre Julio Cesar Borboa par décision partagée. Il défendit avec succès sa couronne à trois reprises. Il met la main une deuxième fois sur le titre IBF le 24 avril 1996 en défaisant Carlos Gabriel Salazar contre qui il avait perdu son titre au combat précédent. Il perdit son second titre au combat suivant contre Danny Romero. En carrière, il a maintenu une fiche de 25 victoires dont 17 par KO et 6 revers.

Chez les Mouches, Prudencio Cardona devient champion du monde WBC le 20 mars 1982 contre Antonio Avelar par KO au premier round. Il perdit son titre au combat suivant contre Freddy Castillo en juillet 1982. Il cumula une fiche de 40 victoires, dont 27 par KO et encaissa 23 défaites et un verdict nul. Fidel Bassa obtient le titre de la WBA le 13 février 1987 en battant Hilario Zapata par décision unanime. Par la suite, il défendit avec succès son titre WBC à six reprises. Au total de sa carrière, il a maintenu un dossier de 22 victoires, dont 15 KOs et une seule défaite. Elvis Alvarez a été double champion du monde. Il a remporté sa première ceinture soit celle de la WBO le 3 mars 1989 en disposant de Miguel Mercedes par décision unanime. Il laisse son titre vacant de la WBO en mars 1990 pour combattre pour le titre de la WBA qu’il remporte le 14 mars 1991 au Japon contre Leopard Tamakuma par décision unanime. Il termine sa carrière avec un dossier de 31 victoires dont 19 KOs contre 8 revers et 3 combats nuls. Rodolfo Blanco devient champion IBF le 11 juin 1992 en disposant de Dave McAuley par décision unanime. Il perdit son titre au combat suivant par KO au troisième round. Il a maintenu une fiche de 30 victoires, dont 19 KOs et tout de même 22 défaites et un combat nul. Francisco Tejedor est sacré champion IBF le 18 février 1995 en s’emparant du titre vacant en défaisant Jose Luis Zepeda par TKO au 7e round. Cependant, il a perdu quelques mois plus tard sa couronne contre Danny Romero par décision unanime. Sa fiche en boxe professionnelle est de 46 victoires, 31 KOs contre 21 revers et 2 verdicts nuls. Irene Pacheco a décroché le titre vacant IBF le 10 avril 1999 en battant Luis Cox Coronado par TKO au 9e round. Il a défendu avec succès son titre à six reprises. En 35 combats professionnels, il a signé 33 victoires et subit 2 défaites.

Dans la division des mi-mouches, Mauricio Pastrana a été double champion du monde. Il a obtenu son premier titre IBF le 18 janvier 1997 en battant Michael Carbajal par décision partagée. Il redevient champion IBF le 13 décembre 1997 en défaisant Manuel Jesus Herrera par TKO au 3e round. En carrière, il a conservé un dossier de 35 victoires dont 23 KOs contre 17 revers et 2 verdicts nuls. Beibis Mendoza a détenu la couronne WBA du 12 août 2000 au 3 mars 2001. Il a remporté le titre vacant par disqualification conter Rosendo Alvarez pour le perdre par la suite contre ce même Alvarez par décision partagée. Sa fiche en carrière est de 30 victoires, dont 24 KOs et une seule défaite. Carlos Tamara a détenu la couronne IBF pendant une courte période soit du 23 janvier au 29 mai 2010. Il a maintenu une fiche en carrière de 24 victoires dont 17 KOs contre 8 revers.

Chez les pailles, Kermin Guardia est devenu champion WBO le 30 mai 1998 à la suite d’une victoire par TKO au 5e round aux dépens d’Éric Jamili. Il a défendu son titre avec succès à trois reprises. Il sera destitué de son titre pour ne pas l’avoir défendu dans les délais. Son dossier en carrière est de 37 victoires dont 20 KOs contre 12 revers. Miguel Barrera a été champion IBF du 9 août 2003 au 31 mai 2003. Il a obtenu sa ceinture face à Roberto Carlos Leyva par décision unanime. Il a cumulé en carrière une fiche de 23 victoires, dont 13 KOs et une seule défaite et 2 matchs nuls. Finalement, Daniel Reyes fut couronné champion IBF le 4 octobre 2003 suite à une victoire par TKO au 6e round contre Edgar Cardenas. Sa fiche en carrière est de 40 victoires, dont 30 KOs, 7 défaites et une nulle.
03/08/18 - Montréal (Martin Fournier).         

Steven Butler s'impose sur Carson Jones au Casino de Montréal

Le Montréalais Steven Butler (24-1-1) a forcé l’arbitre à stopper le combat à 50 secondes du septième round. L’Américain Carson Jones (40-13-3) avait chuté au cinquième round, puis au tout début du sixième engagement. Le duel Butler-Jones était la finale d’un gala présenté samedi au Casino de Montréal par Eye of the Tiger Management.

Tout un test pour Mathieu Germain (15-0-0) qui a rondement mené son combat face à Christian Uruzquieta (17-4-1), un rival volontaire et habile. Germain a dû travailler fort et les juges lui ont donné la victoire par décision unanime, ce qui lui a valu le titre IBF nord-américain. Uruzquieta disputait son cinquième combat au Canada, où il a notamment défait Roody Pierre-Paul. Seul Tony Luis était jusqu’ici parvenu à le vaincre. Le Lavallois Erik Bazinyan (20-0-0) s’empare de la ceinture NABO des super-moyens en stoppant le Péruvien David Zegarra (32-3-0) à 2 :45 du quatrième round. À la fin du troisieme round, Zegarra était clairement ébranlé et aurait certainement pu avoir un compte de l’arbitre. Chez les poids moyens, Vincent Thibault (6-0-0) a bien contrôlé l’action. Il a enregistré la victoire par décision unanime des juges sur le Mexicain Manuel Garcia (15-15-2), qui a été compté au cinquième round. Le Maskoutain Raphael Courchesne (4-0-0) a livré un beau duel face à un rival qui avait faim, Ernesto Olvera (7-2-1). Courchesne l’a emporté par décision unanime des juges. Dans le premier combat de la soirée, Ghislain Maduma (19-3-0) a réussi son retour à la compétition en défaisant le Mexicain Jhony Navarrete (31-13-2) par décision unanime des juges. Le plus récent combat de Maduma, qui a été champion NABF et WBC Continental des Amériques, remontait à octobre 2016.
23/06/18 - Montréal.         

Kean-Braidwood : la logique est respectée

Simon Kean (15-0-0) a passé le KO à Adam Braidwood (13-2-0) dès le troisième round, samedi, au Centre Gervais Auto de Shawinigan. Kean a offert une véritable leçon de boxe à Braidwood, travaillant autour de son jab, il l’a touché avec force de façon régulière, lui infligeant même une coupure à l’oeil gauche au deuxième round. Simon Kean défend avec succès sa ceinture IBO Intercontinental et s’empare du titre vacant WBC Francophone.

Poussé à la limite, Yves Ulysse Jr (16-1-0) a dû composer avec un sérieux désavantage en matière de portée devant Ernesto Espana (25-1-1) du Venezuela. Malgré le manque de vitesse et de finesse d’Espana, et bien qu’il ait clairement dominé tous les rounds, le boxeur de Montréal a travaillé fort jusqu’à la fin, l’emportant finalement par décision unanime des juges et mettant la main sur le titre WBC Fecarbox des super-légers. Le local François Pratte (7-0-0) a paru très à l’aise sur le ring face à l’albertain Eric Taylor (8-2-2). Aidé par d’excellents déplacements, Pratte a touché régulièrement son adversaire, notamment avec sa droite. Les juges lui ont d’ailleurs accordé la victoire par décision unanime. Confronté à Daniel Olea (13-5-2) du Mexique, le poids plume Andranik Grigoryan (7-0-0) s’est montré intraitable et a monté en puissance à mesure que les rounds se sont écoulés. Malgré les belles habilités d’Olea, Grigoryan, trop rapide et précis dans ses frappes, a imposé son rythme et engrangé la victoire par décision unanime des juges au terme des huit rounds règlementaires. Chez les super-moyens, après un début un peu lent, Nurzat Sabirov (7-0-0) a ouvert la machine avec la cloche du troisième round. Avec méthode, il a cerné Guillermo Romero (12-7-0) en le touchant avec force au corps et à la tête, à répétition, jusqu’à lui couper toute option. Après une seconde chute au quatrième round, le coin de Romero a jeté la serviette. Sabirov a enregistré le KO à 2 :37 du round quatre d’un combat prévu pour huit reprises. Notons que Louisbert Altidor a stoppé Guillermo Romero au cinquième round en avril dernier. Chez les lourds-légers, Artur Ziyatdinov (6-0-0) a complètement dominé Mario Aguilar (18-5-0) du Mexique, le touchant régulièrement des deux mains. Aguilar a toutefois résisté à toutes les charges et fait la limite des six rounds, ce qui lui a valu une chaleureuse acclamation de la foule à la fin du combat. Ziyatdinov, un Montréalais d’adoption, a enregistré la victoire par décision unanime des juges. Performance sans faille pour le poids moyen Saddridin Akhmedov (3-0-0) contre le Mexicain Gustavo Garibay (13-11-2) en ouverture de soirée. Le Montréalais d’adoption a d’abord fait chuter son rival au troisième round, puis deux fois au cinquième engagement, pour inscrire la victoire par TKO à 2 :24 du cinquième round d’un combat prévu pour six.
17/06/18 - Shawinigan.         

Marie-Ève Dicaire toujours invaincue

Marie-Ève Dicaire (12-0-0) l’emporte par décision unanime des juges sur l’Argentine Yamila Belen Abellaneda (6-2-0), samedi au Casino de Montréal, en finale d’un gala présenté par le Groupe Yvon Michel. Dicaire s’est montrée énergique face à une rivale pugnace, qui a combattu en championnat du monde en 2017. Avec cette victoire, l’athlète de St-Eustache conforte sa position dans les classements mondiaux. Championne NABF chez les super-mi-moyens, Marie-Ève Dicaire figure au 2e rang du classement de la WBC et de la WBA et au 3e rang à la IBF.

Dans la demi-finale, Shakeel Phinn (18-2-0) de Brossard l’emporte par TKO à 39 secondes du 6e round après l’abandon du vétéran croate Mirzet Bajrektarevic (18-6-0), en raison d’une blessure. Dario Bredicean (17-0-0) pousse son rival Jonathan Tavira (17-5-0) à l’abandon à la fin du sixième round et l'emporte par TKO. Tavira est l’actuel champion des poids moyens du Mexique. Le Longueuillois Louisbert Altidor (9-2-0) signe une nouvelle victoire en l’emportant par décision unanime des juges sur le mexicain Jesus Manuel Beltran (5-1-0) dans un duel de six rounds au cours duquel Beltran a visité le tapis. Le Longueuillois Terry Osias (5-0-0) est demeuré invaincu, défaisant le Montréalais originaire de France Augustin Malecot (3-7-1) par décision unanime des juges. Dans un duel à saveur local, Tommy Houle (3-0-0) de Joliette l’a emporté par décision unanime des juges sur le Montréalais Adam Ayoubi (1-1-1). Notons que celui-ci a combattu pendant les deux derniers rounds avec l’oeil gauche fermé. Ayoubi, qui a chuté au quatrième round, a montré beaucoup de cœur, mais cela s’est traduit la plupart du temps par des attaques désorganisées.


10/06/18 - Montréal.         

Oscar Rivas engrange un autre gain

Le champion NABF des poids lourd Oscar Rivas (23-0-0) a poussé le Californien Sergio Ramirez (16-6-0) à l’abandon au terme du deuxième round, jeudi au Casino de Montréal. Oscar Rivas était impliqué dans le principal combat du gala présenté par le Groupe Yvon Michel. Le champion canadien chez les super-moyens, Shakeel Phinn (17-2-0) de Brossard, a défait le champion de la Pologne Bartlomiej Grafka (20-30-3) par décision unanime des juges, au terme d’un combat relativement serré. L’Olympien français Christian M’Billi (9-0-0) a de nouveau expéditif et l’emportant dès le premier round. L’Argentin Luis Eduardo Paz (12-5-1) a d’abord mis un genou au sol à la suite d’un coup au corps. La reprise des échanges a toutefois été de courte durée et M’Billi a de nouveau retourné son adversaire au tapis, enregistrant la victoire par TKO à 1:44 du premier round. Chez les super-moyens, Louisbert Altidor (8-2-0) de Longueuil arrête le Mexicain Guillermo Romero Flores (12-6-0) à 1:17 du cinquième round d’un duel prévu pour huit. Dans un duel de lourd-léger, Yan Pellerin (2-0-0) l’emporte sur le Mexicain Jesus Beltran (1-2-0) par décision unanime des juges. En levée de rideau, e mi-lourd de Longueuil, Terry Osias (4-0-0), de Longueuil, l’emporte par décision unanime sur Josele Napoles (6-8-0) du Mexique. GYM présentera son prochain gala au Casino de Montréal le 9 juin.

20/04/18 - Montréal.         

Simon Kean victorieux à Québec

Simon Kean (14-0-0) passe le KO au Mexicain Ignacio Esparza (21-3-0) à 2 :56 du cinquième round, dans le principal combat du gala présenté le 7 avril par Eye of the Tiger Management (EOTTM) au Centre Vidéotron, à Québec. En plein contrôle tout au long du combat, Mathieu Germain (14-0-0) a fait chuter Miguel Zamudio (40-11-1) à la fin du septième round. Lors de la huitième reprise, il a forcé le coin à stopper le combat à 56 secondes. Constamment en mouvement, Germain a montré beaucoup de créativité dans ses attaques. Avec 30 secondes à faire au troisième round, le super-moyen Vincent Thibault (4-0-0) a pratiquement assommé son adversaire Arturo de la Cruz (5-9-0) en lui servant un violent direct. La victoire par KO de Thibault, qui était supporté par un large contingent au Centre Vidéotron, a été enregistrée à 2 :29 secondes du troisième round. Le poids lourd russe Arslanbek Makhmudov (2-0-0) a rapidement débordé le Mexicain Christian Larrondo (4-4-1), forçant l’arbitre à mettre un terme au combat. Makhmudov, qui s’est récemment joint à InterBox, enregistre a victoire à 46 secondes du premier round. Chez les poids moyens, Clovis Drolet (6-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur Sergio De Leon (7-3-0) du Mexique au terme d’un duel de six rounds. Une cinquième victoire pour le mi-lourd Kazakh établi à Montréal, Nurzat Sabirov (5-0-0), qui a stoppé Stanislas Eschner (8-9-1) de la République Tchèque à 56 secondes du quatrième round. Chez les super mi-moyens, la nouvelle recrue d’InterBox, le Kazakh Sadriddin Akhmedov (1-0-0) a passé un violent KO à Tony Barreras (1-2-0) du Mexique. Il l’a d’abord fait chuter dès son premier coup. Il l’a ensuite fait chuter entre les câbles. La victoire par KO a été enregistrée à 31 secondes du premier round. Mentionnons que Sadriddin Akhmedov a été champion du monde chez les amateurs.

Victoire expéditive pour Kim Clavel (3-0-0) qui passe le KO à 43 secondes du premier round à la Mexicaine Ana Karen Compean (0-3-0). Le poids lourd local Éric Martel-Bahoéli (12-7-1) n’a pas déçu la foule, qui lui a réservé un accueil fort chaleureux pour ce dernier combat en carrière. Dès le premier round, il a rapidement débordé le Mexicain Hector Aguilar (7-4-0), pour le faire chuter une première fois. Peu après la reprise des hostilités, le coin a demandé l’arrêt du combat. Éric Martel-Bahoeli a enregistré la victoire par TKO à 1 :12 du premier round. Chez les super-légers, Sébastien Roy (3-0-0) de Thetford Mines a mis sa longue portée à profit pour l’emporter par décision unanime des juges sur le Mexicain Rodolfo Lopez (6-4-0). Roy, qui a chuté dès le premier round, s’est bien repris par la suite, ébranlant à son tour son rival. En levée de rideau chez les super-légers, le Lavallois Whitney Baille (6-0-0), à la fois plus méthodique et opportuniste, s’est imposé par décision unanime sur Dave Leblond (2-4-0), de Thetford Mines, au terme d’un duel de six rounds chaudement disputés. Rappelons qu’un premier affrontement entre les deux hommes en octobre dernier à Drummondville s’était conclu par une décision majoritaire en faveur de Baille.


08/04/18 - Québec.         

Butler remporte une longue guerre

Si la deuxième tentative fut la bonne pour Steven Butler (23-1-1), qui a arrêté l’Américain Jaime Herrera (15-6-1) au dixième round samedi au Casino de Montréal, ce ne fut pas sans travail ni sans douleur. Rappelons que lors de leur premier affrontement, en juin 2015, les deux hommes avaient fait match nul. Cette fois encore, Herrera s’est révélé une menace constante, malgré deux chutes au deuxième round, puis une autre au septième engagement. La pugnacité de Herrera a forcé Butler à puiser dans sa détermination, mais plus le combat s’étirait et plus le protégé de Eye of the Tiger Management contrôlait l’action. Butler, qui a mis la main sur le titre vacant IBO Internationale chez les poids super mi-moyens a enregistré la victoire à 2:00 du dixième round.

Victoire expéditive pour Custio Clayton (14-0-0) qui a terrassé le gaucher hongrois Gabor Kovacs (28-10-1) dès le début du combat. Clayton, un Olympien et actuel champion WBO International, IBF Internationale et WBC Continental des Amériques chez les mi-moyens a enregistré la victoire par KO à 28 secondes du premier round. Chez les super-légers Batyr Jukembayev (12-0-0), qui est champion IBO International, a envoyé au tapis le Mexicain Moe Nunez (18-6-1) dès les premières secondes du combat. Il l’a rapidement fait chuter de nouveau et a enregistré la victoire à 36 secondes du premier round. Le Lavallois Erik Bazinyan (18-0-0) a fait chuter le Hongrois Ferenc Albert (26-13-0) dès le premier round après un bon coup au corps. Il a récidivé avec le même manège dès le début du deuxième round. Après sa deuxième chute, Albert a cessé de mettre de la pression et a surtout boxé sur les talons. Albert est retourné au tapis trois fois au troisième round, forçant l’arrêt du combat, à 2:35. Bazinyan inscrit ainsi sa première victoire depuis qu’il est conseillé par Stéphan Larouche, qui a remplacé les frères Grant dans le coin du Lavallois.

Le poids lourd Adam Braidwood (12-1-0) n’a eu aucune difficulté à se débarrasser du Mexican Jesus Manuel Paez (9-5-0). Il lui a passé le KO à 2 :15 du premier round. Notons qu’après le duel, le trifluvien Simon Kean est monté sur le ring et les deux poids lourds se sont lancés quelques piques en prévision de leur duel prévu en juin. Chez les lourds-légers, le Montréalais Artur Ziatdinov (4-0-0) s’est imposé dès le premier round devant l’Albertain Markhaile Wedderburn (2-2-0). L’arbitre a effectivement mis un terme au combat après la deuxième chute. Ziatdinov a enregistré lavictoire à 3:00 du premier engagement. Chez les super mi-moyens, Raphael Courchesne (2-0-0) de St-Hyacinthe a remporté le duel par abandon. À l’issue d’un premier round endiablé, Luis Acuna Rojas (2-3-0) n’a pas été en mesure de reprendre le combat au deuxième round. En ouverture de gala, e poids léger Montréalais Ablaikhan Khussainov (8-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur le Mexicain Gilberto Meza (8-4-1) qui offert une belle opposition. Celui-ci a même fait chuter Khussainov au septième round avec un coups au corps.
01/04/18 - Montréal.         

Victoire de Balmir à la Tohu

Jordan Balmir (9-0-0) l’emporte par décision unanime des juges sur Francesco Cotroni Jr (12-10-1) dans le principal combat du gala présenté le 24 mars par Rixa Promotions à la Tohu de Montréal. Chez les super-légers, Roody Pierre-Paul (16-3-2) doit se contenter d’un verdict nul des juges à la suite de son duel contre Jesus Laguna (22-11-3) du Mexique. Notons qu’il a subi une coupure près de l’oeil droit tôt dans le combat après un coup de tête. Le gaucher Jan Michael Poulin (3-1-2) de Mascouche a fait chuter Jean Michel Bolivar (3-1-0) de Pointe-Calumet au quatrième round et a ainsi consolidé sa victoire. Au terme des quatre rounds règlementaires, il l’a emporté par décision unanime des juges.

Chez les super-légers, Golden Garcia (11-0-1) a stoppé le Mexicain Adalberto Borquez (29-18-1) à 1:51 du septième round. Encore une prestation flamboyante pour Mohamed Soumaoro (5-0-0) de LaSalle, qui remporte une décision unanime des juges sur Javier Pena (11-11-1). Kevin Menoche (2-0-0) de Repentigny a passé le KO à 2:49 du deuxième round au Montréalais Samuel Vasquez (1-4-0). Celui-ci avait chuté une première fois moins d’une minute plus tôt. Dans un duel de lourd-légers, Tommy Houle (2-0-0) de Joliette, l’emporte par décision unanime sur l’Ontarien Marco Parente (1-3-1). Le Roumain d’origine, Bruno Bredicean (11-0-0) a enregistré la victoire par décision unanime des juges sur le Mexicain Eliud Melendez Rocha (14-10-2). Pour son premier duel en carrière, Adam « Danger » Ayoub (0-0-1) a fait combat nul avec l’Ontarien Alex Ebanks (1-3-1) au terme d’un combat échevelé. À ses débuts professionnels, le super-léger John Dangako (1-0-0), de Montréal, a remporté une décision unanime sur Patrick Lafleur (1-2-1), un natif de Sherbrooke.



24/03/18 - Montréal.         

Douche d'eau froide au Casino de Montréal

Francis Lafrenière (16-6-2) a perdu une décision majoritaire (93-97, 95-95, 94-96), jeudi sur le ring du Casino de Montréal, aux mains de l’ex-aspirant mondial Albert Onolunose (23-1-1) de Calgary au terme d’un duel marqué par beaucoup d’accrochage. Onolunose a du même coup dépouillé Lafrenière de sa couronne NABO des poids moyens. Le duel était présenté en finale de la soirée organisée par le Groupe Yvon Michel (GYM). En demi-finale, l’Olympien français Christian M’Billi (8-0-0) s’est révélé trop fort pour Jesus Gurrola (24-13-3), qui a vu l’arbitre mettre un terme au duel après la seconde chute du Mexicain. MBilli a enregistré la victoire par KO à 1:45 du deuxième round.

Victoire par décision unanime des juges pour le roumain d’origine Dario Bredicean (16-0-0), qui était confronté à Guillermo Romero (12-5-0) du Mexique, au terme d’un duel de six rounds. Le super-moyen Louisbert Altidor (7-2-0) de Longueuil a enregistré la victoire par TKO à 1:41 du quatrième round sur le Mexicain Genaro Ortiz (8-3-1). L’arbitre ne lui a pas permis de poursuivre à la suite de sa deuxième chute. Le mi-lourd Terry Ozias (3-0-0) de Longueuil a défait sans difficulté Jorge David Vargas (3-2-0), un rival ben peu menaçant. Vargas a visité le tapis à deux reprises à chacun des deux premiers, avant que l’arbitre stoppe le combat à 2:57 du deuxième round.

15/03/18 - Montréal.         

Zewski fait face à une forte adversité au Casino de Montréal

Le Trifluvien Mikael Zewski (30-1-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur le mexicain Jose de Jesus Macias (23-8-2) au terme d’un difficile combat où il est néanmoins parvenu à envoyé son rival au tapis au 4e round. Le duel était présenté au Cabaret du Casino de Montréal, le 15 février, par le Groupe Yvon Michel. Pour sa part, Marie-Eve Dicaire (11-0-0) s’est emparée du titre NABF des super-mi-moyens en l’emportant par décision majoritaire sur Marisa Gabriela Nunez (7-9-2) de l’Argentine, une ancienne championne du monde IBF. Aussi, chez les lourds, Steve Bossé (1-0-0), un ancien combattant de MMA, a passé le KO à 52 secondes du deuxième round au Bolivien Julio Cuellar Cabrera (12-7-0).

Plus tôt dans la soirée, Bruno Bredicean (10-0-0) s’est imposé dès le 2e round en passant le KO Mexicain Cesar Chavez (32-13-0) à 49 secondes à la suite d’une combinaison corps-tête. Chavez avait déjà visité le tapis une première fois au premier round. Chez les lourds-légers, Yan Pellerin (1-0-0) de Granby, un combattant de MMA, réussit ses débuts en boxe professionnelle malgré des lacunes évidentes en défensive, en enregistrant la victoire par décision majoritaire des juges sur Fernando Castillo (2-3-0) du Mexique. La super-léger Jessica Camara (4-0-0) l’emporte par décision majoritaire des juges sur la Mexicaine Guadalupe Lincer Ortiz (2-6-0). En levée de rideau chez les super-légers, le Montréalais d'origine Turc, Mazlum Akdenis (3-0-0), l’emporte contre Luis Acuna Rojas (2-2-0) par décision unanime des juges.


16/02/18 - Montréal.         

David Lemieux : soirée difficile au bureau

Billy Joe Saunders (26-0-0) a conservé sa couronne mondiale WBO des poids moyens et est demeurée invaincu au terme des 12 rounds disputés face à David Lemieux (38-4-0), samedi, à la Place Bell de Laval. Sauders a mis sa rapidité à profit pour éviter la très large majorité des charges de Lemieux et contre-attaquer. Lemieux pour sa part, a poursuivi Saunders toute la soirée, sans jamais parvenir à l’atteindre solidement ni solutionner cette stratégie. Billy Joe Saunders a enregistré la victoire pardécsion unanime des juges. Plus tôt, Yves Ulysse Junior (15-1-0) a livré une performance inspirée et a fait subir une première défaite en carrière au New Yorkais Cletus Seldin (21-1-0). Celui-ci s’est retrouvé au tapis à chacun des trois premiers rounds. Au final, Yves Ulysse l’emporte par décision unanime des juges.

Aussi, l’Américain Antoine Douglas (22-2-1) se fait passer le KO au 7e round par Gary O’Sullivan (27-2-0) de l’Irlande, qui met la main sur le titre WBO intercontinental des poids moyens. Vincent Thibault (2-0-0) a fait plaisir à ses nombreux fans présents à la Place Bell en l’emportant par décision unanime des juges sur le Mexicain Adrian Haro Campos (2-5-2) au terme d’un duel rempli d’action. Duel remplit d’action pour Batyrzhan Jukembayev (11-0-0) qui l’a emporté par décision unanime des juges sur le résistant Wilbert Lopez (20-9-0) de Tucson. L’Olympien Custio Clayton (13-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur l’Argentin Cristian Rafael Coria (27-6-2), qui a visité le tapis au neuvième, puis au dixième round. Avec cette victoire, Clayton met la main sur le titre WBO International chez les mi-moyens. Il ajoute cette couronne à celles qu’il possède déjà, soit les ceintures IBF Internationale et WBC Continental des Amériques. Au terme d’un duel qu’il a dominé de bout en bout, Mathieu Germain (12-0-0) l’emporte par décision unanime sur Juan Garcia Mendez (19-4-2) du Mexique. Kim Clavel (1-0-0) a réussi ses débuts professionnels en l’emportant pas décision unanime des juges sur la Mexicaine Yoseline Martine Jose (3-3-0). Toujours chez les femmes, la Britannique Nicola Adams (3-0-0) a enregistré le gain par TKO au 3e round sur Soledad Macero (15-14-1) de L’Uruguay. Steven Butler (21-1-1) a été expéditif, servant un puissant coup au corps à Lanardo Tyner (32-12-2), qui a chuté sans pouvoir reprendre l’action. Le gain par KO a été inscrit à 2:29 du deuxième round. L'Américain Ryan Garcia (13-0-0) l’a emporté par TKO au huitième round sur le Mexicain Noe Martinez Raygoza (23-10-2) et a défendu avec succès son titre NABF junior. En levée de rideau, le poids lourd Simon Kean (12-0-0) l’a emporté par TKO à 39 secondes du deuxième round sur le vétéran boxeur américain Mike Sheppard (25-22-2).
16/12/17 - Laval.         

Défaite à l'arrachée pour Shakeel Phinn

À l’issu d’un combat chaudement disputé, Shakeel Phinn (16-2-0) de Brossard, perd une décision majoritaire aux mains du Mexicain Ramon Aguinaga (12-0-0), actuel champion WBC Fecombox. Les juges ont offert des pointages de 79-73, 78-74 et 76-76. Ce duel était l'attraction principale du gala présenté le vendredi 7 décembre au Casino de Montréal par le Groupe Yvon Michel. Précédemment,le Trifluvien Mikaël Zewski (29-1-0) stoppe l’Argentin Martin Enrique Escobar (17-4-0) à 2:34 du deuxième round à l’aide d’une série de coups au corps. Marie-Ève Dicaire (10-0-0) l’emporte par décision unanime sur la Mexicaine Silvia Zuniga (7-16-0), une ancienne championne NABF (2011-2013). Les deux femmes se sont affrontées une première fois en décembre 2016. Dicaire l’avait aussi emporté par décision unanime. Le super-moyen de Longueuil, Louisbert Altidor (6-2-0), s’est imposé sur le Mexicain Victor Manuel Palacios (16-16-2), l’expédiant au tapis deux fois plutôt qu'une au deuxième round. L’arbitre a stoppé le combat à 1:20 de la deuxième reprise. Chez les mi-lourds, Terry Osias (2-0-0), de Longueuil a eu le meilleur sur Mitch Boudreau (0-4-0) du Nouveau-Brunswick en l’emportant par décision unanime des juges. En levée de rideau, la Montréalaise Jessica Camara (3-0-0) a défait la mexicaine Giovanna Gonzalez (3-2-0) par décision unanime des juges.
08/12/17 - Montréal.         

La victoire échappe à Yves Ulysse Junior

Au terme d’un duel chaudement disputé, Yves Ulysse Junior (14-1-0) s’incline par décision majoritaire des juges (97-93 96-94 et 97-93) devant l’Albertain Steve Claggett (26-4-1), vendredi au MTelus de Montréal. Clagett s’empare du titre vacant IBF nord-américain. Ancien champion WBC Youth Intercontinental (2011), Clagette a aussi surpris en 2016 l’Américain Emmanuel Robles à Las Vegas. Le poids lourd de Trois-Rivières Simon Kean (11-0-0) l’emporte par KO au deuxième round sur Randy Johnson (13-2-0) de l’Arkansas dans un duel prévu pour dix. Constamment sous pression devant les charges et la hargne de Silverio Ortiz (36-20-0), Steven Butler (19-1-1) peine à imposer son rythme, bien qu’il place régulièrement de bons coups. Au huitième round, il envoi d’ailleurs Ortiz au tapis avec un solide uppercut. La reprise est de courte durée et l’arbitre doit s’interposer. Steven Butler l’emporte par TKO à 1:32 du huitième round. À ses débuts professionnels, Vincent Thibault (1-0-0) offre toute une performance et l’emporte par TKO au troisième round. Opposé à Cesar Ugarte (4-3-0) qui se révèle très solide, Thibault reçoit un compte au premier round après un crochet de gauche. Il revient en force avant la fin du round et ébranle Ugarte à son tour. En début de deuxième round, une série de furieux échanges se solde par un autre compte de Thibault qui chute dans les câbles. Finalement, Vincent Thibaut vient à bout de son adversaire et l’emporte à 0:57 du troisième round.

Après quatre rounds forts intenses, Andranik Grigoryan (3-0-0) enregistre la victoire par décision unanime des juges sur Giovani Martinez (6-5-1). Mathieu Germain (11-0-0) enregistre la victoire sur Ricardo Lara (12-4-0) du Mexique. Adversaire volontaire doté de belles habilités, Lara montre de belles habilités et offre au départ une opposition intéressante, du moins jusqu’au deuxième round alors que Germain lui fait mal au corps et le pousse à se retrancher plus régulièrement en défensive. Le reste du duel devient l’affaire de Mathieu Germain, qui pousse Lara à l’abandon à l’issue du quatrième round. Le champion IBO international chez les super-légers Batyr Jukembayev (10-0-0) n’a fait qu’une bouchée de Jose Emilio Perea (24-9-0), le terrassant d’un coup au corps à 1:04 du premier round. À noter que Perea s’est incliné devant Yves junior Ulysse et Custio Clayton, qui lui a passé le KO, et a obtenu une victoire aux dépens de David Théroux lors de précédentes visites au Québec. Le Sorelois David Théroux (13-2-0) arrête Junjesie Ibgos (12-3-0) des Philippines à 1:19 du troisième round par arrêt de l’arbitre. Chez les super-moyens Nurzat Sabirov (3-0-0) fait chuter Mario Baeza (8-5-0) dès le premier round avant d’enregistrer la victoire par K.-O. au round suivant à 1:23. Le poids moyen Clovis Drolet (3-0-0) l’emporte par décision unanime des juge sur Adrian Campos (2-4-2). À noter que Campos a perdu une décision en juin dernier face à Jordan Balmir à la Tohu de Montréal. En ouverture, Artur Ziyatdinov (2-0-0) passe le KO à Manuel Guzman (1-3-0) à 1:38 du premier round.

28/10/17 - Montréal.         

Oscar Rivas met la main sur le titre NABF

Le poids lourd Montréalais Oscar Rivas (21-0-0) a été expéditif sur le ring du Casino de Montréal, jeudi, alors qu’il a passé le KO au Costaricain Carl Davis Drummond (31-5-0) à 1:08 du premier round. Oscar Rivas s’est emparé par le fait même de la couronne NABF. La demi-finale sera assurée par Dans un duel disputé chez les mi-lourds, le champion canadien des poids super-moyens, Shakeel Phinn (16-1-0), de Brossard, a poussé son adversaire le Mexicain Mario Aguilar (17-3-0) à l’abandon. Ébranlé lors du quatrième round, il n’est pas revenu pour le round suivant. Phinn a officiellement inscrit la victoire par TKO à 3:00 du quatrième round. Chez les super-moyens, le montréalais Dario Bredicean (15-0-0) a obtenu le gain par décision unanime des juges sur le français Saidou Sall (10-6-2). Le poids léger maskoutain Mick Gadbois (16-1-3) enregistre la victoire par décision unanime des juges sur le Mexicain Abraham Gomez (28-15-1), un ancien champion intérimaire WBC Youth (2012). Le mi-lourd de Longueuil Terry Osias (1-0-0) l’a emporté sur l’Ontarien Marco Parente (0-2-1) par décision unanime des juges, alors qu’il disputait son premier combat chez les professionnels. À noter que Parente a fait match nul le 9 septembre dernier avec Jimmy Ray Thompson, de Pincourt, sur le ring de la Tohu à Montréal. En levée de rideau, à ses débuts professionnels, le super-léger montréalais Mazlum Akdeniz (1-0-0) l’a emporté par décision unanime sur le Mexicain Ricardo Burgos (1-7-1). Akdeniz, un gaucher, a fait chuter son rival au premier round.

29/09/17 - Montréal.         

GOLOVKIN - ALVAREZ : QUI L’EMPORTERA?

Par Martin FOURNIER, collaboration spéciale – Ce samedi au T Mobile Arena de Las Vegas aura lieu le duel tant attendu entre deux des meilleurs pugilistes livre pour livre de la boxe actuellement, soit le kazakh Gennady Golovkin et le mexicain Saul « canelo » Alvarez. À l’enjeu, quatre ceintures. Qui sortira vainqueur de ce combat qui sera disputé chez les poids moyens ?

D’abord, Gennady Golovkin est âgé de 35 ans. Il est invaincu en 37 combats professionnels et est le détenteur des couronnes WBA; WBC; IBF et IBO des poids moyens. Seul le titre WBO, qui appartient au britannique Billy Joe Saunders, manque à son palmares. Son adversaire, la jeune coqueluche mexicaine Saul Alvarez, est âgé de 27 ans. Sa fiche exceptionnelle est de 49 victoires en 51 combats. Sa seule défaite est survenue par décision majoritaire aux dépens de Floyd Mayweather jr en septembre 2013. Il a aussi obtenu un verdict nul en juin 2006 contre Jorge Juarez. Alvarez détient actuellement la ceinture Ring magazine des moyens. Malgré son jeune âge, il a détenu les titres WBC et WBO des super mi-moyens de 2011 à 2013 et de 2016 à 2017. Il fut aussi champion WBC des moyens de 2015 à 2016.

Il s’agit sans l’ombre d’un doute du combat de boxe professionnel le plus attendu depuis le combat entre Floyd Mayweather jr et Manny Pacquiao en mai 2015. Assurément, ce duel sera plus excitant que celui de mai 2015. Je le crois sincèrement. L’ampleur de cet affrontement l’amène d’ailleurs à s’apparenter, du moins en partie, avec les grands duels des poids moyens disputés dans les années 80, et qui ont par exemple opposés les Marvin Hagler et Thomas Hearns, et Hagler et Sugar Ray Leonard, soit des duels qui opposaient entre eux les meilleurs pugilistes. C’est à mon avis le cas pour ce grand duel des poids moyens, division phare de la boxe dans l’histoire.

Analysons ce combat selon les différents critères objectifs que sont l’offensive; la défensive; la vitesse; l’expérience et les facteurs intangibles. À première vue, je m’attends à un combat très serré entre ces deux champions et futurs membres du temple de la renommée de la boxe.

Au niveau de l’offensive, le champion Golovkin a disputé 172 rounds en 37 combats et il détient un des meilleurs pourcentages de KO en boxe professionnel, soit 89%, ayant obtenu 33 victoires avant la limite. Cependant, à son dernier combat disputé en mars dernier au Madison Square Garden de New York, il a obtenu une décision unanime contre l’américain Daniel Jacobs au terme d’un affrontement chaudement disputé. Dans le cas d’Alvarez, en 363 rounds disputés en 51 combats, son pourcentage de KO s’établit à 67%. Au niveau de la qualité des adversaires des deux pugilistes, le dernier adversaire de Golovkin, Daniel Jacobs, un ancien champion du monde des moyens, fut sans aucun doute le meilleur qu’il ait affronté en carrière. On a vu le résultat, soit une victoire par décision unanime avec deux scores serrés de 115-112 et de 114-113. C’était la première fois en carrière que Golovkin se rendait à douze rounds. Avant ce combat, il compilait une séquence de vingt-trois KOs et TKOs consécutifs. À ne pas en douter, Canelo Alvarez sera le plus grand défi de GGG en carrière.

Inversement, Golovkin représente le plus grand défi de Canelo. C’est d’ailleurs ce qui rend ce combat aussi intéressant. Bien que Alvarez se soit mesuré à Floyd Mayweather jr en septembre 2013, un des meilleurs boxeurs de tous les temps, cet affrontement avec le kazakh est le combat que les amateurs attendent depuis au moins deux ans, puisque Golovkin est encore au sommet de son art. Alvarez a pour sa part aussi affronté de grandes pointures, par exemple les Shane Mosley; Erislandy Lara; Miguel Cotto et Amir Khan. Ce combat avec Golovkin demeure néanmoins le plus dangereux en carrière pour le mexicain. Golovkin n’a pas affronté jusqu’ici de si grands noms. Mis à part Kell Brook, qui rappelons-le avait monté de deux divisions de poids pour l’affronter (soit des mi-moyens aux moyens). GGG avait disposé de l’anglais par TKO au 5e round dans un combat arbitré par feu Marlon B. Wright en septembre 2016.

Au niveau des habilités pugilistiques en offensive, les deux boxeurs ont une puissance impressionnante. Ce qui rend ce duel intéressant, c’est le style des deux boxeurs. Un agresseur naturel comme Golovkin versus un contre-attaquant très dangereux et efficace en canelo. Le jab précis de Golovkin est sec et puissant comme un laser. Il met beaucoup de pression sur ses adversaires en coupant et contrôlant très bien le centre du ring. Son crochet est dévastateur et de plus, il varie bien ses coups de puissance. Il excelle en combinaison : jab suivi de son crochet, sans oublier son uppercut. Il lance beaucoup de coups dans un round. Si Alvarez peut limiter le volume de coups lancés par Golovkin, il sera en meilleure posture. Cependant contre Canelo, le kazakh devra se méfier des contre-attaques et de la puissance, spécialement lorsque le mexicain sera adossé aux câbles puisque c’est à moment qu’il est dangereux en contre-attaque.

Au niveau de la stratégie employée par Golovkin, je m’attends à ce qu’il garde à distance Alvarez en utilisant son puissant jab comme il l’avait fait contre David Lemieux, un puissant cogneur, et comme Mayweather jr avait brillamment fait pour contrer le mexicain en septembre 2013. Pour la puissance pure, je crois qu’Alvarez est plus puissant d’un seul coup de poing, tandis que la force de Golovkin vient de ses combinaisons, bien qu’il soit lui aussi très puissant. On parle ici de deux boxeurs avec une force de frappe exceptionnelle.

Alvarez possède un jab très rapide, souvent un double jab suivi de son uppercut dévastateur. Golovkin devra se méfier de son crochet de gauche au corps et à la tête. Il excelle aussi en combinaison et est très explosif, et est capable de lancer une séquence de six coups consécutifs. Comme Golovkin, Alvarez est très précis dans l’exécution de ses frappes de puissance. Comparable en puissance.

En défensive, bien que les deux pugilistes soient reconnus davantage pour leur offensive, il sont aussi efficaces en défense. La défensive de Golovkin est toutefois peu diversifiée, il garde ses mains élevées mais bouge moins le haut de son corps et sa tête. Son menton est souvent exposé et contre Alvarez, il devra se méfier car la puissance du mexicain ne fait aucun doute. Toutefois, Golovkin possède un menton à toutes épreuves. Il encaisse les coups de puissance de ses adversaires sans broncher, ce qui sera un avantage important face à un cogneur du calibre de Canelo. Pour Alvarez, il se protège bien en gardant ses mains hautes, notamment le long des câbles. Cependant, il ne bouge pas le corps suffisamment. Pour ce qui est de sa capacité à encaisser, rien de problématique en ce sens puisqu’il n’a jamais été en difficulté durant sa carrière, bien au contraire. Il sera intéressant de voir comment il va réagir face à un cogneur comme Golovkin. Comparable en défensive.

En vitesse, avantage à Alvarez à mon avis. Le mexicain est plus explosif que Golovkin. Ses mains sont excessivement rapides et il lance souvent des combinaisons de plusieurs coups. Golovkin est plus prévisible dans ses déplacements et l’exécution de ses coups, bien qu’il soit quand même très efficace et dangereux.

Pour ce qui est de l’expérience, nous avons deux boxeurs très expérimentés. Toutefois, le niveau d’expérience diffère entre les deux. Pour Golovkin, sa carrière chez les amateurs a été tout simplement impressionnante. En 350 combats, il a obtenu 345 victoires. De plus, en 2004, il a remporté la médaille d’argent aux jeux olympiques d’Athènes. Il a fait ses débuts professionnels en 2006. Sur ses 37 combats en carrière et 172 rounds disputés, 18 ont été des combats de championnats du monde et sur ce nombre, il a obtenu 17 victoires avant la limite. Il s’est battu à cinq reprises contre des anciens champions du monde : Kassim Ouma; Daniel Geale; David Lemieux; Kell Brook et Daniel Jacobs en mars dernier. Il est champion WBA régulier des moyens depuis octobre 2010. Il est champion IBF depuis octobre 2015 et champion WBC depuis mai 2016. Il lui manque uniquement le titre WBO des moyens, qui sera notamment à l’enjeu ce samedi entre le champion Billy Joe Saunders et l’aspirant Willie Monroe jr, que Golovkin a déjà battu en mai 2015 par TKO au 6e round.

Pour Alvarez, son expérience chez les amateurs est incomparable avec celle du kazakh. Au mieux 44 victoires en 46 combats selon différentes sources. Il a fait ses débuts chez les pros en octobre 2005 alors qu’il était âgé de 15 ans seulement. En 51 combats professionnels et 353 rounds disputés, il s’est battu dans 11 combats de championnats du monde, enregistrant une seule en carrière contre Floyd Mayweather jr en septembre 2013. Dans ses dix victoires en championnat du monde, il a obtenu 6 KOs. De plus, il s’est battu contre douze champions du monde en carrière, soit Miguel Vazquez; Carlos Manuel Baldomir; Lovemore N’Dou; Kermit Cintron; Shane Mosley; Austin Trout; Floyd Mayweather jr; Erislandy Lara; Miguel Cotto; Amir Khan; Liam Smith et Julio Cesar Chavez jr. Il a été pour la première fois champion du monde WBC des super mi-moyens de 2011 à 2013; champion unifié WBA en 2013 aussi; champion du monde WBC des moyens de 2015 à 2016 et champion du monde des super mi-moyens WBO de 2016 à mai 2017. Son parcours est tout simplement impressionnant pour un boxeur âgé de 27 ans. Somme toute, l’expérience de Golovkin chez les amateurs est incomparable.

L’expérience d’Alvarez chez les pros, notamment en raison de la qualité des adversaires qu’il a affrontés, en comparaison de ceux de Golovkin, est légèrement supérieure. Léger avantage Alvarez en boxe professionnelle.

Au niveau des facteurs intangibles à considérer en vue de cet affrontement, il ne fait aucun doute que les deux boxeurs sont motivés au plus haut niveau. Depuis deux ou trois ans, les fans et les observateurs de boxe réclament ce combat. Alvarez voudra faire taire les critiques qui lui reprochaient d’avoir évité Golovkin au cours des derniers mois. Golovkin voudra démontrer qu’il est le meilleur boxeur poids moyen de la boxe actuellement et que sa dernière performance contre Daniel Jacobs était un accident de parcours. Néanmoins, à 35 ans, est-ce que Golovkin a atteint son apogée? Alvarez, à 27 ans, se trouve pour sa part au zénith de sa carrière. Sa courbe de progression est impressionnante. Si le combat avait eu lieu il y a un, sans hésiter, Golovkin aura été le grand favori. Un an plus tard, c’est moins sûr, bien qu’il soit favorisé par les experts.

Tout est une question de circonstances et en ce sens, ce combat est une opportunité exceptionnelle pour Alvarez. Toutefois, donnée à considérer en vue de cet affrontement, Alvarez se battra contre un poids moyen naturel en Golovkin tandis qu’Alvarez a évolué principalement chez les mi-moyens et super mi-moyens en carrière. Est-ce que ce facteur pourra jouer durant le combat? À voir. Avantage tout de même Alvarez pour les facteurs intangibles.

Pour ce qui est des deux entraîneurs, il s’agit de deux coachs de grand calibre. L’entraîneur de Golovkin, Abel Sanchez, n’a plus besoin de présentation. Il a été associé à plusieurs anciens champions du monde au cours des années, notamment Terry Norris; Orlin Norris; Lupe Aquino; Carlos Baldomir et Sergey Kovalev, pour ne nommer que ceux- là. Pour Alvarez, il a les mêmes entraîneurs depuis le début de sa carrière, soit Jose et Eddy Reynoso, père et fils. Bien qu’ils soient moins connus qu’Abel Sanchez, la relation qui existe entre Canelo et les Reynoso est exceptionnelle. Ensemble, ils ont formé cinq champions du monde avec Saul Alvarez au cours des années : Javier Jauregui; Oscar Larios; Victor Terrazas et Rigoberto Alvarez. Sensiblement comparable au niveau des entraîneurs.

En vertu de ces différents critères, je m’attends à un combat chaudement disputé entre les deux et en vertu de la stratégie qu’adoptera Golovkin, de garder Alvarez à distance à l’aide de la puissance et de la précision de son jab, je crois qu’il disposera du mexicain par décision. Toutefois, le contraire ne serait pas surprenant et qui sait, on pourrait revivre un combat revanche et peut être même une trilogie entre les deux durant la prochaine année. Voilà mes attentes en vue de ce combat, rien de moins. Bon combat.
14/09/17 - Montréal (Martin Fournier).         

Erik Bazinyan passe le KO à son rival

Le Lavallois Erik Bazinyan (17-0-0) fait chuter Bernard Donfack (22-17-3) dès le deuxième round et une nouvelle victoire avant la limite. Impliqué dans le pirncipal combt de la soir.e présentée à la Tohu de Montréal par Rixa Promotions, Bazinyan, qui est champion mondial junior WBO des supers-moyens, enregistre la victoire par KO à 1:16 du 2e round. En demi-finale, Roody Pierre-Paul (16-3-1) stoppe le vétéran Jesus Antonio Rios (37-11-1) dès le deuxième round d’un combat prévu pour huit. Tôt dans le combat, Pierre-Paul a travaillé son rival au corps, le faisant chuter une première fois avant la fin du premier round. Roody Pierre-Paul enregistre le gain par TKO à 32 secondes du 2e round. Duel fort relevé entre le Montréalais Golden Garcia (10-0-1) et Oscar Meija (10-3-1) du Mexique. Garcia l’emporte par décision partagée (77-74, 75-76 et 78-73). Le super-moyen de Pointe-Calumet, Jean-Michel Bolivar (3-0-0), poursuit son apprentissage et l’emporte par décision partagée (39-36,37-38 et 40-35) sur le Mexicain Arturo de la Cruz (5-8-0). Bolivar a fait chuter son rival au début du round trois.

Le mi-lourd Albertain Ryan Ford (13-0-0) l’emporte sur le Mexicain Joaquin Murrieta (5-6-2) qui abandonne à la fin du quatrième round. Ford dominait largement le duel. Rappelons qu’il a mis la main sur le titre mondial UBO à Singapour plus tôt cette année. Le super-léger Mohamed Soumaoro (3-0-0) de LaSalle, enregistre la victoire par décision unanime des juges sur le résistant Samuel Hadzima (0-3-0) de la Slovaquie. Stephane Malenou (12-6-1), un natif du Cameroun maintenant résident de Montréal a stoppé Alejandro Herrera (18-8-2) à 2 :58 du 5e round. Malenou, un nouveau protégé des Frères Grant, a jusqu’ici essentiellement boxé en Belgique et en France. Pour ses débuts professionnels, le Montréalais Samuel Vasquez (0-1-0) a perdu par décision partagée contre Waldo Rojas (4-2-1) du Mexique (36-40, 39-37, 37-39). Vasquez, trop statique tout au long du combat, a passé beaucoup de temps dans les câbles. Il a toutefois semblé beaucoup plus à l’aise sur le ring à compter du quatrième round. En levée de rideau, après un premier round plus difficile pour Jimmy Ray Thompson (1-0-1), qui amorce la soirée face à l’Ontarien Marco Parente (0-1-1), il trouve son rythme à la deuxième reprise et se trouve récompensé par son travail continu au corps. Marco Parente montre néanmoins beaucoup de volonté et Thompson devra nécessairement améliorer sa défensive afin d’être touché moins régulièrement. Au final, les deux pugilistes doivent se contenter d’un verdict nul.
10/09/17 - Montréal.         

Kean nouveau champion IBO Intercontinental

Le poids lourd trifluvien Simon Kean (10-0-0) a passé le KO au cinquième round au Brésilien Marcelo Luiz Nascimento (23-15-0) pour s’emparer du titre IBO Intercontinental. Le combat était présenté en finale d'un gala de Eye of the tiger Management, le 17 juin, à l'Olympia de Montréal. Le champion NABF Youth Yves Ulysse Junior (14-0-0), a montré l’étendue de son talent face au philippin Ricky Sismundo (31-10-3), en l’emportant par décision unanime des juges. Bien connu du public québécois grâce à sa performance qui lui avait permis de vaincre Ghislain Maduma et d’obtenir un verdict nul face à Dierry Jean, Sismundo a été particulièrement menaçant au sixième et au septième round. L’affrontement a été relevé, avec beaucoup de rythmes, où chaque erreur, de part et d’autre, ont été payée. Steven Butler (19-1-1) s’est révélé intraitable face au Polonais Damian Mielewczyk (10-4-0), qu’il a défait par KO à 2:04 du deuxième round, pour le plus grand plaisir de la foule qui a réservé une belle ovation au jeune Montréalais. Lors de ses précédentes visites au Canada en 2016, Mielewczyk a fait la limite avec Sébastien Bouchard et Francis Lafrenière.

Mathieu Germain (10-0-0), confronté à l’Espagnol Pablo Fuego (12-4-0), un rival volontaire, fluide et doté de belles habiletés, n’a jamais ralenti le rythme. Au septième round, Fuego a choisi de mettre un genou au sol après avoir été touché à la tête. De retour dans l’action, il a fait face à une véritable tempête qu’il a traversée avec peine. Au final, Mathieu Germain a remporté la victoire par décision unanime des juges au terme des huit rounds règlementaires. Le Sorelois David Théroux (12-2-0) l’emporte par décision unanime des juges sur Francisco Javier Perez (16-9-1), du Mexique. L’athlète de 23 ans effectuait un retour sur le ring pour la première fois depuis sa défaite par décision partagée aux mains du vétéran mexicain Jose Emilio Perea en octobre 2016. Ayaz Hussain (13-1-0) enregistre la victoire par décision unanime des juges sur Armando Robles (31-7-2), au terme des huit rounds réglementaires. Robles a chuté dès le premier round, mais s’est révélé au final un adversaire acharné. Le quadruple Champion canadien Clovis Drolet (2-0-0) l’emporte par TKO au deuxième round sur l’argentin Gustave Alberto Sanchez (13-16-1), qu’il a fait chuter deux fois au cours du duel. Chez les super-moyens, Nurzat Sabirov (2-0-0) s’est imposé face à l’Américain Lorawnt T Nelson (2-2-0), l’emportant par arrêt de l’arbitre à 1:22 du troisième round. Nelson s’est retrouvé au tapis au deuxième, puis au troisième round. Le poids plume Andranik Grigoryan (2-0-0) a rapidement mis un terme au duel après une série de gauche à la tête qui a expédiée Ricardo David Ocampo (12-8-0) au tapis. La victoire a été acquise par TKO à 1:20 du premier round. En ouverture, Artur Ziatdinov (1-0-0) a récolté sa première victoire chez les professionnels en enregistrant le gain par TKO à 1:16 du premier round sur le Hongrois Csaba Schrammel (0-3-1). Un coup au corps a obligé Schrammel à mettre un genou au sol et il n’a jamais repris le combat.
18/06/17 - Montréal.         

Custio Clayton remporte ses deux premières ceintures.

Custio Clayton (12-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur le champion du Mexique Johnny Navarrete (33-10-1), jeudi au Casino de Montréal, et s’est emparé des titres vacants WBC Continental des Amériques et IBF International des poids mi-moyens. Le duel était présenté par le Groupe Yvon Michel. Marie-Ève Dicaire (8-0-0) de Saint-Eustache l’emporte par décision unanime des juges sur la Mexicaine Alejandra Ayala (5-2-0) au terme des huit rounds réglementaires. Le champion du Canada chez les super-moyens, Shakeel Phinn (14-1-0), de Brossard, a dominé l’Argentin Pablo Daniel Nievas (33-15-1), enregistrant la victoire par TKO à 1:18 du deuxième round. Noevas avait été ébranlé une première fois à la fin du premier round et avait chuté au début du deuxième round, avant de retourner au sol et forcer l’arbitre à mettre fin au duel. Dans un duel de super-moyen, Patrice Volny (7-0-0) de Montréal a stoppé son rival Adriel Juzaino (25-16-3), du Mexique, à 49 secondes du premier round et enregistre la victoire par TKO. En ouverture, Bruno Bredicean (9-0-0) en a eu plein les bras face à Fernando Valencia (8-4-0). Visiblement incommodé à la main droite à compter du quatrième round, il a obtenu la victoire par décision unanime (58-55, 2 x 57-56).

16/06/17 - Montréal.         

Francis Lafrenière conserve son titre NABO

Francis Lafrenière (16-5-2) a défendu avec succès son titre NABO des poids moyens en l’emportant par TKO à 1:44 du quatrième round sur le Mexicain Oscar Cortez (26-3-0), samedi à La Tohu de Montréal, en finale d’un gala présenté par Rixa Promotions. Cortez, un ancien champion WBC Youth Intercontinental, avait visiblement le potentiel pour offrir une opposition intéressante mais il a rapidement préféré investir son énergie à faire valoir de multiples griefs à l’arbitre. Plusieurs coups de têtes ont notamment été échangés et Cortez a perdu un point au troisième round. Son coin a finalement mis un terme à l’affrontement. Dans le principal combat de soutien de la soirée, le Lavallois Érik Bazinyan (16-0-0) a stoppé son rival, le Mexicain Rolando Paredes (13-5-2), à 1:43 du quatrième round. Complètement débordé, Paradez, qui est actuel champion WBC FECOMBOX chez les mi-lourds, a d’abord mis un genou au sol. De retour dans l’action, il a de nouveau été au tapis dans les secondes suivantes, forçant son coin à demandé l’arrêt du combat.

Le boxeur de Drummondville Jordan Balmir (5-0-0) l’emporte sur Arian Campos (1-3-2) par décision unanime des juges. Campos, qui a visité le tapis au deuxième round, a offert une bonne opposition. Golden Garcia (9-0-1) a stoppé le Mexicain Luis Zambrano (14-11-1) avec un dur coup au corps. Il a enregistré la victoire par KO à 3:00 du deuxième round. Roody Pierre-Paul (15-3-1), de Terrebonne, l’emporte par décision unanime des juges (78-74, 2 x 77-75) sur le Mexicain Oscar Barajas (17-5-1) au terme d’un combat qui n’a pas été aisé. « Je m’attendais à un combat qui serait plus facile, que je pourrais le ralentir, mais il a été acharné pendant tous les rounds. Alors j’espérais un autre genre de combat, mais je suis content de ma victoire », a dit Roody Pierre-Paul. Rappelons que les deux pugilistes avaient dû se contenter d’un verdict nul en juin 2016. Chez les poids légers, Chann Thonson (3-0-0) obtient la victoire par décision unanime sur Tonathiu Garcia (4-4-1) du Mexique. À l’issu d’un duel chaudement disputé, Jean-Michel Bolivar (2-0-0), de Pointe-Calumet, l’emporte par décision majoritaire (38-38, 39-37, 39-37) sur le Torontois Mikhail Miller (0-2-1). Chez les super-légers, Mohamed Soumaoro (2-0-0), de LaSalle, a stoppé par TKO à 1:53 du troisième round le Mexicain Alfredo Cardenas (4-7-0), au terme d’un festival offensif. C’est le coin de Cardenas qui a réclamé l’arrêt du duel. En ouverture, Jimmy Ray Thompson (1-0-0), de Pincourt, a passé le KO à 41 secondes du deuxième round à Fabien Valdes (1-1-0), du Mexique, avec un solide crochet de gauche à la tête.

11/06/17 - Montréal.         

Adonis Stevenson s'impose rapidement sur Fonfara

Adonis Stevenson (29-1-0) a défendu avec succès sa couronne mondiale WBC des mi-lourds en enregistrant la victoire par TKO au deuxième round sur le Polonais Andrzej Fonfara (29-5-0), samedi, au Centre Bell, dans le combat principal d’un gala présenté par le Groupe Yvon Michel. Il s’agissait pour lui d’une huitième défense de son titre. Eleider Alvarez (23-0-0) a défendu avec succès sa couronne WBC Argent en l’emportant sur Jean Pascal (31-5-1) par décision majoritaire des juges (114-114, 117-111, 116-112), et conserve ainsi son statut d’aspirant obligatoire au championnat du monde WBC.

Le Trifluvien Mikaël Zewski (28-1-0) l’emporte par décision unanime des juges sur le Mexicain Fernando Silva (15-11-3). Le protégé de Lucian Bute, Dario Bredicean (14-0-0) l’a emporté par décision unanime des juges sur Manuel Garcia (15-14-2) au terme des huit rounds règlementaires. En ouverture, l'Olympien français Christian Mbilli (4-0-0) a stoppé le Mexicain Cesar Ugarte (4-2-0) par TKO à 47 secondes du deuxième round. Il remontera sur le ring le 15 juin prochain au Cabaret du Casino de Montréal.

04/06/17 - Montréal.         

Articles québecois

Gala InterBox à Blainville - l  
25/09/16 - R. Cloutier
  

Gala Rixa Promotions à la Tohu  
04/09/16 - R. Cloutier
  

L’INVASION BRITANNIQUE DES CH  
18/08/16 - M. Fournier
  

Adonis Stevenson vs Thomas Wil  
30/07/16 - R. Cloutier
  

Qui est Thomas Williams Jr, le  
26/07/16 - M. Fournier
  

Gala FightClub au Metropolis -  
14/05/16 - R. Cloutier
  

CHOC LUCIAN BUTE - BADOU JACK   
27/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
10/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
03/04/16 - R. Cloutier
  

La boxe au fil de la semaine #  
27/03/16 - R. Cloutier
  

Derniers combats

Mbili confirme tous les espoirs placés en lui !  
29/07/18 - Y. Cousin;
  

Débuts victorieux pour Estelle Mossely !  
29/07/18 - M. Beuville
  

Nadjib Mohammedi honteusement volé !  
22/07/18 - M. Beuville
  

Oleksandr Usyk seul au monde !  
22/07/18 - M. Beuville
  

Tony Yoka s'impose avant la limite !  
24/06/18 - M. Beuville,
  

Beau Gala amateur B.T. Douglas Bellini (BEL)  
31/05/18 - C.
  

Derniers entretiens

B. Bassole: '' Je rêve d'être champion du Monde ''  
12/08/18 - M. Beuville
  

D. Allen: ''Je suis le plus dur rival de Yoka''   
15/06/18 - M. Beuville
  

J.Duhaupas: devenir le 1 er Français CDM des lourd  
22/04/18 - M. Beuville
  

S. Ducastel à l'assaut des titres WBC/WBA !  
22/04/18 - A. Cotiniaux,
  

Arsen Goulamirian : Tout commence maintenant !  
31/03/18 - J. Lambert,
  

Tony Yoka ''c'est de la négligence''  
29/03/18 - A. Infosport
  

Derniers articles

E. Mossely et M. Beaussire en vedette à Deauville   
22/07/18 - M. Beuville
  

Un grand NO LIMIT IV au Cannet !  
29/06/18 - M. Beuville
  

Conférence de presse et pesée la Conquête 5   
20/06/18 - P. Girod
  

Premier grand test pour T. Yoka !  
15/06/18 - M. Beuville
  

Un sacré programme vendredi 8 à Pont-Audemer  
01/06/18 - A. Cotiniaux
  

Hubeaux au bout des 10 rounds c/ Rivas  
24/05/18 - C.
  

Les amateurs

Demi-finales ceintures Montana 2018  
14/04/18 - P. Girod
  

Résultats des Belges à Dublin-IRL  
06/07/17 - C.
  

Le Buena Vista Ixelles à Dublin.  
29/06/17 - C.
  

Bilans belge et français des C.E. amateurs 2015  
15/08/15 - C.
  

Délégations Belge et Française amateurs à Samokov   
06/08/15 - C.
  

Bilan belge positif à Chypre  
25/05/15 - C.
  

boxe en France
boxe dans le monde
les partenaires
memorabilia
Copyright © NetBoxe.com (1996-2018) - Informations légales - Email : contact@netboxe.com